Historiographie du panafricanisme

5727 mots 23 pages
Historiographie en langue française sur le panafricanisme1

A Zêrê bo, l’Eclaireur…
“I make no pretense to impartiality. Nevertheless, I have tried to be as objective as possible in presenting the facts” G. Padmore, cité par T. Martin, The Pan-African Connection, p. 157

Cercle herméneutique et objectivité de l’historiographie du panafricanisme L’historiographie du panafricanisme fait partie de celle de l’Afrique; or il a toujours existé, en chacune d’elles, des relations entre les acteurs du mouvement panafricaniste et l’historiographie africaine, en tant que discipline : dès l’origine, les fondateurs du mouvement panafricaniste étaient aussi des historiens, de l’Afrique et, à travers leur témoignages, du panafricanisme lui-même. Pour eux la narration du passé, glorieux, de l’Afrique était un fondement idéologique de la mobilisation pour la protestation collective. C’est une historiographie qui recherche l’objectivité, tout en étant engagée, “vindicative” selon le mot de St Clair Drake2. D’où la remise en cause de son objectivité. C’est un problème propre aux sciences humaines, largement débattu dès la naissance de l’historiographie, avec les apports essentiels du courant phénoménologique (Husserl, Dilthey, Heidegger, Gadamer…), lorsqu’il mit en évidence le cercle herméneutique, caractérisé par l’historicité…de l’historien lui – même, à la fois sujet et objet de l’histoire : il veut objectiver le temps historique qui est inhérent, selon certaines médiations, à sa propre temporalité3. En outre les faits sociaux et historiques font l’objet d’évaluations des acteurs euxmêmes, contrairement aux faits naturels étudiés par les sciences de la nature. Signalons que cette idée d’une historicité foncière de l’existence humaine rejoint l’argumentaire du premier volume de l’Histoire générale de l’Afrique lorsque, au-delà même de l’Egypte antique, l’historicité de l’Afrique est affirmée en invoquant le processus d’hominisation en Afrique. Ceci dit, comme a su le faire

en relation

  • Dissertation historiographie lefèbvre
    1696 mots | 7 pages
  • L'art peut-il nous apprendre l'histoire ?
    3214 mots | 13 pages
  • Rapport 50 dh maroc
    101134 mots | 405 pages
  • LE il de César
    725 mots | 3 pages
  • « Faut-il avoir vécu la Grande Guerre pour la représenter pertinemment »
    1019 mots | 5 pages
  • Hélène AHRWEILER – Nous et les autres, Actes Sud
    1965 mots | 8 pages
  • La controverse de valladollid
    3060 mots | 13 pages
  • CO FLAM La Controverse De Valladolid
    3603 mots | 15 pages
  • Fiche de lecture anthony rowley
    2203 mots | 9 pages
  • Mourir autrefois
    1923 mots | 8 pages
  • rien
    302 mots | 2 pages
  • Lucien de Samosate - Comment faut il écrire l'histoire
    2095 mots | 9 pages
  • l'expansion du chocolat Lindt en Chine
    4157 mots | 17 pages
  • Tritesse de la lune
    1912 mots | 8 pages
  • REGLEMENT CONCOURS COSPLAY
    756 mots | 4 pages