Hypothèse d'un "travail de la maladie"

Pages: 35 (8557 mots) Publié le: 19 avril 2011
Cliniques Méditerranéennes

Hypothèse d'un "travail de la maladie"

Jean Louis Pedinielli [1]
Le concept de "travail de la maladie" mérite d'être introduit par ses conditions d'apparition. Il est né dans une pratique clinique particulière constituée par la rencontre entre une écoute psychanalytique et des discours de patients atteints d'une maladie somatique chronique, rencontre opérée àl'intérieur de l'institution médicale. Sa production répond donc tant aux problèmes soulevés par une clinique inhabituelle qu'aux limites des problématiques psychopathologiques permettant de penser la question du somatique, situation que Marie-Claire Célérier avait résumée d'une formule heureuse : "psychanalyste en terre médicale". Psychanalyste hors du cadre, mis en présence de sujets sans demandede consultation, voire sans attente, interpelé par les pratiques et les discours médicaux, notre tâche ne va pas sans nous faire entrevoir une autre clinique qui se définit d'abord de n'être ni sous transfert ni proprement psychiatrique ni strictement psychosomatique.

Le terme de "travail de la maladie", ainsi que celui de "texte de la maladie", a ainsi été forgé à partir de l'écoute demalades souffrant d'une affection somatique chronique, condition bien particulière. C'est un truisme que de dire que la chronicité s'oppose à l'acuité qui pour les bien-portants - analystes compris - représente le modèle de la maladie ; Freud lui-même a identifié maladie somatique et douleur en choisissant l'exemple de la rage de dent. Toute autre est la maladie chronique dont la caractéristique est deplacer le malade dans une position temporelle différente puisque ce qui caractérise maintenant la maladie c'est sa durée, son absence de fin, et sa présence permanente : plus discrète que la maladie aiguë qui annule le temps et rompt avec la continuité historique du sujet, la maladie chronique n'a d'autre durée que celle du sujet qui, à son corps défendant, pourrait bien finir par se confondreavec elle. Paradoxe du temps, l'aigu ne s'étend que sur un court moment dont la durée paraît illimitée, le chronique, pour évoluer avec le temps, n'en finit pas moins par l'abolir au profit d'une suite de confusions puis d'éloignements entre le sujet et sa maladie.

L'absence de demande préalable émanant des patients eux-mêmes n'implique pas qu'à la proposition de parler, un refus ou un discoursvide soient, en retour, produits. Pour certains, l'offre de parole, pour inhabituelle qu'elle soit, engage le discours dans un récit, de la maladie d'abord, puis de l'histoire. La clinique qui s'offre ainsi est primitivement celle de discours qui parlent la maladie au quotidien, les événements, les tracas, les souffrances, le corps, l'institution médicale. A écouter longtemps, à suivre le fil dudiscours, on mesure alors que la chronicité de la maladie ne s'accompagne pas d'une immobilisation des processus mais qu'elle s'assortit de phénomènes traduisant l'existence d'une économie spécifique et d'une modification de la subjectivité, tant dans le rapport au corps et à la maladie que dans la relation à l'histoire. Subtilement, une insensible modification des pensées s'opère entre le début dela maladie et la période de chronicité, modification qui ne reflète pas la stagnation des processus de pensée sur le modèle de la chronicité, mais bien un ensemble d'opérations psychiques réalisant une forme d'élaboration de l'événement a-sensé qu'est la maladie pour l'appareil psychique qui ne peut que lui prêter d'autres significations.

Ces transformations sous maladie, nous les avonsnommées "travail de la maladie" (1987, 1990), réalité clinique aux symptômes fugaces parfois insaisissables, mais perceptible dans le travail au long cours avec des patients dits "somatiques". "Travail" peut cependant s'entendre de deux manières. Une première acception - trompeuse mais souvent utilisée - en fait un synonyme d'"être travaillé (torturé)[2] par" ; toutes les modifications apparemment...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • TRAVAILLER UNE HYPOTHÈSE
  • Le romantisme, la maladie d’un peuple.
  • accident du travail et maladie professionnelle
  • Arret de travail pour maladie
  • Accidents du travail et maladies professionnelles
  • Réussir la problématique et les hypothèses de recherche d'un projet de mémoire
  • Travail Session Maladie Mental FINAL
  • Le stres au travail

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !