Juste inégalité

Pages: 9 (2225 mots) Publié le: 20 avril 2011
“Existe-t-il des « inégalités justes » ?”
La question de l'égalité est première à toute philosophie morale et politique : elle est en effet associée à l'idée de justice, entendue aussi bien d'un point de vue moral (la justice n'est-elle pas une des toutes premières vertus ?), que politique et social.
« Tous les hommes sont d'avis que le juste consiste en une certaine égalité… Mais quelle sorted'égalité et quelle sorte d'inégalité ? C'est un point qui ne doit pas nous échapper, car il contient une difficulté fondamentale de la philosophie politique » (Aristote). C'est cette difficulté qu'il s'agit d'explorer ce soir. Nous utiliserons une démarche qui consiste à :
Opérer quelques distinctions conceptuelles : égalité formelle, égalité de droit, égalité civile, égalité politique, égalitéréelle, égalité des biens…
Confronter cette notion à celles qui lui sont spontanément associées : égalité et inégalité naturelle, égalité et collectivisme, égalité et équité (ou proportionnalité), égalité et mérite, égalité et liberté, et enfin le sens de « l'égalité négative » du point de vue du libéralisme politique.
A partir de cette exploration notionnelle, montrer comment « La théorie dela justice » de John Rawls propose une réflexion qui tend à concilier l'idéal égalitaire avec l'efficacité économique et sociale, et donc à opérationnaliser sur le plan politique et social cette aspiration à l'égalité ; en introduisant notamment une notion sur laquelle nous nous arrêterons quelques instants : celle d'inégalité juste.
Enfin nous terminerons cet exposé en revenant à la notiond'égalité pour suivre avec Marcel Gauchet comment celle-ci a évoluée au cours de l'histoire de la modernité : c'est la notion d' « égalité-identité » qui sera aborder ici.

Dans la mesure où nous sommes habitués à penser la justice à partir de l'égalité, la question apparaît comme absurde. L'inégalité est toujours le signe de l'injustice : les mêmes causes doivent produire les mêmes effets. Ainsi, unemême quantité de travail devra donner lieu à une même rétribution, que la quantité de travail soit produite par un homme ou par une femme ; de même, une même faute devra être punie de la même sanction et cela indépendamment de l'appartenance sociale, ethnique, etc. Cela pose cependant des problèmes dans la mesure où cette égalité n'est pas première, naturelle, mais qu'elle est déjà l'objet d'uneconstruction, c'est-à-dire qu'elle n'a de sens que par rapport à une loi qui a été elle-même instituée et qui n'est pas naturelle . Nous voilà donc ici ramené à la question de l'origine et du commencement.Originellement, il n'y a pas d'égalité entre les gens mais simplement des différences, c'est-à-dire des différences d'identité. Mais différentes identités, qui sont des différences de nature etnon des différences de degré, ne sont pas comparables entre elles. On est alors obligé de disjoindre les notions de justice et d'égalité : la question de la justice se pose avant tout pour moi dans la rencontre avec l'unique, avec l'absolument singulier et l'absolument différent. La question de la justice ne se pose pour moi que dans la mesure précise où il y a un événement qui surgit, qu'il y aquelque chose qui m'échappe (contingence et hasard), c'est-à-dire à partir du moment où ce qui arrive ne peut pas être égaliser à une loi déjà instituée. S'il y a simplement égalité arithmétique devant une loi à laquelle tout peut être ramené et jugé en fonction de celle-ci, ce qui rend impensable l'idée d'une entorse à la loi et la possibilité d'un événement absolument singulier dans le monde, laquestion de la justice ne se pose pas. La justice est corrélative du scandale du péché, de la sortie de l'innocence, seul événement qui puisse arriver dans le monde. C'est la raison pour laquelle, lorsque je rends la justice, dans l'inquiétude et le souci que tout acte singulier exige, j'engage toujours ma responsabilité singulière et je fais bien plus qu'appliquer mécaniquement un code de loi...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Une société juste peut elle tolérer les inégalités ?
  • Est-il légitime de qualifier une société de juste tant que persistent en son sein des inégalités entre ses membres ?
  • Les juste
  • La juste
  • Juste me
  • Juste
  • Les juste
  • juste

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !