Kant le sujet

Pages: 12 (2799 mots) Publié le: 21 mars 2013
Corrigé du commentaire de texte:
Kant et le problème de reconnaissance de la personne.



Explique le texte suivant :
"Posséder le Je dans sa représentation: ce pouvoir élève l'homme infiniment au dessus de tous les autres êtres vivants sur la terre. Par là, il est une personne; et grâce à l'unité de la conscience dans tous les changements qui peuvent lui survenir, il est uneseule et même personne, c'est-à-dire un être entièrement différent, par le rang et la dignité, de choses comme le sont les animaux sans raison, dont on peut disposer à sa guise; et ceci, même lorsqu'il ne peut pas dire Je, car il l'a dans sa pensée; ainsi toutes les langues, lorsqu'elles parlent à la première personne, doivent penser ce Je, même si elles ne l'expriment pas par un mot particulier.Car cette faculté (de penser) est l'entendement.
Il faut remarquer que l'enfant, qui sait déjà parler assez correctement ne commence qu'assez tard (peut-être un an après) à dire Je; avant il parle de soi à la troisième personne […] Auparavant il ne faisait que se sentir; maintenant il se pense."
Kant, Anthropologie.
La connaissance et la doctrine de l'auteur n'est pas requise. Ilfaut et il suffit que l'explication rende compte, par la compréhension précise du texte, du problème dont il est question.
















Le corrigé qui suit est entièrement rédigé.. Des commentaires sont inscrits dans la marge pour attirer votre attention sur les points de méthode les plus délicats :


A la sortie de la guerre, le problème se posa deredéfinir le statut et les droits de la personne, face à la barbarie nazie. Notamment, un comité de médecins réfléchit pour élaborer une déontologie qui interdirait les expérimentations médicales sur les personnes non consentantes. Ils firent alors appel à la philosophie kantienne, pour redéfinir le concept de personne. En effet, l'auteur de Königsberg précisa dans les Fondements de la Métaphysique desMœurs (1785) que la personne était une fin en soi, et que sa seule existence lui permettait d'être digne, et de ne pas être considérée comme un objet utile ou nuisible.
L'extrait de texte qui nous est soumis s'intéresse justement à la définition de la personne, et à ce qui fait qu'elle ne peut pas être considérée comme une chose. Kant insiste sur le rôle du Je dans le langage, ens'interrogeant sur son influence dans la représentation que nous avons de nous-mêmes. La forme du texte est explicative et descriptive. Kant ne fait que clarifier ce qui est là devant nous, mais de manière confuse. Nous pouvons diviser ce texte en trois parties : Tout d’abord la description du pouvoir que nous accorde la maîtrise grammaticale du « je » ; puis la domination que cela permet sur les autresêtres de la nature ; et enfin la cas de l’enfant qui ne fait que « se sentir » tant qu’il n’utilise pas ce « je ».




« Posséder le Je dans sa représentation ». Kant pose le problème philosophique qu’il va examiner dés sa première phrase. Cette remarque est d’ordre grammatical, car le philosophe explique que chaque action qu’on réalise a besoin d’un sujet, grammaticalement parlant. Etlorsqu’on se représente soi-même comme l’auteur de ses propres actions, cela veut dire qu’on a pris conscience qu’on était une personne.
Sur le plan grammatical, le je est un pronom qui marque la 1ère personne du singulier[1] ; sur le plan philosophique, cela pousse les philosophes à supposer qu’il existe une substance, c'est-à-dire un être qui n’évolue pas, qui est à l’origine de mes actions.Sur le plan sémantique, c'est-à-dire sur le plan du sens et la valeur que j’accorde aux mots, cela nous amène à considérer que je suis un sujet, un être autonome. Kant s’inscrit dans la tradition rationaliste héritée de Descartes et son fameux cogito, et contre la philosophie empiriste de David Hume (philosophe anglais du 18ème siècle), qui ne constatait aucune unité dans le sujet de nos...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • commentaire kant : grandeur du sujet conscient, pouvant dire je
  • Kant
  • Kant
  • Kant le "je"
  • Kant
  • Kant
  • Kant
  • Kant

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !