Kyenesss

1096 mots 5 pages
Les risques et instabilité du système

Selon Keynes Deux sortes de risques influent sur l'importance de l'investissement

Le premier de ces risques, celui de l'entrepreneur ou emprunteur, naît des doutes qu'il conçoit lui-même quant à la -probabilité d'obtenir effectivement le rendement qu'il espère. Lorsqu'un homme expose son propre argent, c'est le seul risque qui intervient.

Mais, quand existe un système de crédit, c’est à dire, quand on peut octroyer des prêts en les entourant d'une marge de garantie réelle ou, personnelle, il intervient une seconde sorte de risque que nous appellerons le risque du prêteur. Ce risque peut être dû soit à une contingence morale, carence volontaire ou autre manquement soit à une insuffisance possible de la marge de garantie, c'est à-dire à un défaut involontaire causé par une prévision déçue.

Or le risque de la première catégorie est, en un certain sens, une charge nécessaire de la communauté, charge qui peut d'ailleurs être allégée par la division des risques et par une exactitude plus grande de la prévision. Le risque de la seconde catégorie est, au contraire, une pure addition au Coût de l'investissement ; il n'existerait pas, si le préteur et l'emprunteur étaient une même personne.

Le temps keynésien est irréversible contrairement au temps logique de l’analyse klassique. Pour les agents économiques, l’engagement dans la longue période est une perspective angoissante par opposition à la recherche d’un équilibre de long terme qui de toute façon ne peut que se produire. Les institutions bancaires et financières répondent à cette crainte en organisant, dans une certaine mesure, une réversibilité permettant de passer de la solidité à la liquidité

Avec l’apparition des marchés financiers, elle se traduit d’abord par un changement dans la propriété des entreprises dans le système capitaliste.

Si la forme d’organisation que représentent les marchés financiers et les bourses de valeurs

en relation