La division du travail participe-t-elle à la croissance économique ?

Pages: 6 (1277 mots) Publié le: 5 janvier 2011
Sujet : La division du travail participe-t-elle à la croissance économique ?

Dès le XVIIIe siècle, Adam SMITH a montré le rôle positif de l’organisation du travail (division sociale et technique du travail) sur la hausse de la productivité et du PIB. Mais c’est avec l’Organisation Scientifique du Travail (OST) que ce lien de causalité a été fortement confirmé. Cependant, à la fin des années60, le ralentissement de la productivité et la croissance économique a incité les entreprises à appliquer une nouvelle organisation du travail : le toyotisme. Mais si aux Etats-Unis, les gains de productivité sont importants, le toyotisme ne semble pas tenir ses promesses en Europe. C’est pourquoi nous nous interrogerons sur le lien entre productivité et croissance économique, autrement dit, dansquelle mesure l’organisation du travail est-elle source de croissance économique ? Après avoir montré les conséquences positives de la division du travail, nous montrerons les limites de cette relation.

Tout d’abord, la division du travail est source de productivité.

En effet, selon Adam SMITH et sa « manufacture d’épingles », la division horizontale du travail permet une hausse sensible dela productivité. Cette méthode de travail consiste à diviser une tâche complexe en plusieurs tâches élémentaires, rapides et faciles à exécuter. L’ouvrier, en effectuant inlassablement le même mouvement à longueur de journée, se spécialise. Il en découle une maîtrise accrue de la tâche en question, ce qui lui permet de gagner en rapidité et en efficacité, en d’autres termes, le temps perdu estmoindre et un surplus de production a lieu.

Ce concept fut repris par Henry Ford dans les années 1910. Afin d’augmenter la cadence de travail, qui au départ était déjà élevée, Ford a mis en place le convoyeur automatique, permettant d’imposer un rythme de travail très soutenu à ses ouvriers, qui n’avaient dès lors plus le droit de montrer le moindre signe d’apathie, sous peine de ralentir laproduction. « L’homme, grand ouvrier de Taylor, [est] traité par Ford comme un simple rouage », affirma le sociologue George Friedmann. Ainsi, en poussant à l’extrême l’organisation scientifique du travail de Taylor, la productivité d’un ouvrier a été multipliée par 5 entre la fin du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle.

Le toyotisme a permis d’apporter une production plus flexible. LeJuste-à-Temps (« Just-in-Time ») consiste à produire uniquement les quantités demandées par le marché (pilotage de la fabrication par l’aval), tout en réalisant des économies au niveau de la gestion des stocks, puisqu’il n’y en avait pas. Les entreprises, afin de répondre à l’exigence des consommateurs, on été « contraintes » à améliorer la qualité de leurs produits en les diversifiant et en lespersonnalisant. Toutefois, le cœur du produit en lui-même demeurait standardisé. L’introduction de l’informatique a permis une baisse des coûts et une hausse de la productivité (à condition de savoir en tirer profit), toutefois, la croissance économique s’est révélée être moins élevée qu’elle le fut avec le taylorisme. En outre, l’externalisation logistique a permis de baisser les coûts en réduisant les fraisfixes de l’entreprise et les changer en coûts variables. Les entreprises sous-traitantes ont par ailleurs réalisé des économies d’échelle.

Ensuite, le partage des bénéfices engendrés par les gains de productivité est primordial.

La régulation fordiste, mise en place durant les Trente Glorieuses, reposait sur la transposition en hausses de salaires des gains de productivité très importants dela période. Les ouvriers ont ainsi pu gagner en motivation grâce au « Five dollars a day », qui fut quasiment le double d’un salaire moyen à cette date. Cette hausse considérable du salaire a résulté en une augmentation sensible du pouvoir d’achat, engendrant une consommation et des investissements plus importants. Cela a permis d’entretenir la baisse des prix.

Avec la toyotisme, la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La division du travail participe-t-elle à la croissance économique?
  • Organisation du travail et croissance économique
  • Organisation du travail et croissance economique
  • Croissance economiqu et travail
  • La croissance économique chinoise à l'épreuve
  • La croissance économique de 1850 à nos jours
  • la contribution de l'investissement à la croissance économique
  • Contribution du travail et du capital a la croissance

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !