La france positiviste

2506 mots 11 pages
8.10.09
LA FRANCE POSITIVISTE (1850-1900) A. Scientisme et Positivisme
A.2. Naissance de la France Contemporaine

B. Banques et sociétés B.1. De 1860-1890 B.2. Avant 1870 : Banque et Grands Magasins
B.3. La puissance financière de la France

C. L’essor de l’économie française et ses crises
C.1. Les crises de 1873-1895
C .2. Le chemin de fer
C.3. La dépression de 1873 D. Expansion outre-mer et empire colonial

A. Scientisme et Positivisme
A.1. Vie des classes ouvrières
Positivisme : Courant philosophique qui est né en France dans la première moitié du XIX siècle. Le terme positivisme fut crée en France par Saint-Simon (1760-1825), (ancêtre du socialisme). Ce terme a été introduit en philosophie par Auguste Comte pour désigner non seulement l’état scientifique du savoir par opposition aux deux états précédents, l’état théologique et l’état métaphysique mais aussi et surtout pour désigner un projet de reforme sociale fondée sur une reforme intellectuelle et spirituelle. Le positivisme a connu une importance dans toute l’Europe et principalement avec l’œuvre d’Herbert Spencer (1820-1903) et en France son principal représentant fut Emile Littré (créateur du dictionnaire Littré).
Le scientisme c’est l’autre nom pour le positivisme. C’est la croyance en la suprématie de la science sur toute autre manière d’appréhender le monde et la réalité. En 1911 la définition de scientisme se modifie légèrement, l’attitude philosophique du scientiste pour résoudre les problèmes philosophiques par la science. Tout doit être démontré par la

en relation

  • Ayer et le positivisme
    2189 mots | 9 pages
  • methodoligie de recherche
    28067 mots | 113 pages
  • Le droit naturel et positif
    2406 mots | 10 pages
  • La constitution
    1298 mots | 6 pages
  • Analyse de la politique en philo po
    3141 mots | 13 pages
  • 7 Oct
    1641 mots | 7 pages
  • L'historien fabrique-t-il l'évènement ?
    1359 mots | 6 pages
  • Chapitre 1
    1265 mots | 6 pages
  • Commentaire d'arrêt - kelsen « la theorie pure du droit »
    1427 mots | 6 pages
  • Tout simplifier
    2501 mots | 11 pages