La france sous napoléon (de 1799 à 1815) : rupture ou continuité de la révolution ?

1464 mots 6 pages
Séance n°4 : La France sous Napoléon (de 1799 à 1815) : rupture ou continuité de la Révolution ?

L’empire et la rupture avec les acquis de la Révolution

En France, Le Directoire qui dure de 1795 à 1799 prend fin par le coup d’État des 9 et 10 novembre 1799 de Napoléon Bonaparte. Les Directeurs furent contraints à la démission, les membres des Conseils, dispersés, et un nouveau gouvernement Le Consulat est mis en place, un régime autoritaire dirigé par trois consuls : Bonaparte, Sieyès et Pierre Roger Ducos, dont seul le premier qui est Bonaparte détient réellement le pouvoir. Il établit un pouvoir personnel et autoritaire.
Napoléon Bonaparte naquit le 15 août 1769 à Ajaccio, en Corse. De petite noblesse, il était le deuxième fils de Charles Marie Bonaparte et de Letizia Pamolino, il eut quatre frères et sœurs. Il étudia au collège d'Autun, puis au collège militaire de Brienne (1779-1784) et, pendant un an, à l'académie militaire de Paris.
Un empire est une Autorité souveraine d'un chef d’État qui porte le titre d'empereur. Comment la mise en place du premier empire est une rupture avec les acquis de la révolution.

I_La nouvelle France sous Napoléon
a)La consolidation du pouvoirBonaparte imposa à la France une dictature dont la vraie nature fut d'abord masquée par la Constitution du 25 décembre 1799, conçue par Sieyès. Cette Constitution ne garantissait pas les « droits de l'homme », ne mentionnait pas non plus « la liberté, l'égalité et la fraternité », mais elle rassurait les partisans de la Révolution en proclamant l'irrévocabilité de la vente des biens nationaux et en maintenant les lois contre les émigrés. Le Premier consul nommait les ministres, les généraux, les fonctionnaires, les magistrats et les membres du Conseil d'État. Son influence était déterminante dans le choix des membres des assemblées législatives, en principe effectué au suffrage universel. En février 1800, cette Constitution fut approuvée par plébiscite à une écrasante

en relation

  • Le principe de séparation des pouvoirs selon napoléon bonaparte
    1752 mots | 8 pages
  • Le régime de napoléon bonaparte
    953 mots | 4 pages
  • Bonaparte, sa formation
    1859 mots | 8 pages
  • Napoléon est-il le sauveur ou le fossoyeur de la révolution française ?
    575 mots | 3 pages
  • Napoléon est-il le continuateur de la révolution ?
    1259 mots | 6 pages
  • Napoléon est il le continuateur de la revolution
    909 mots | 4 pages
  • Napoleon est'il un fossoyeur de la revolution ?
    873 mots | 4 pages
  • La notion de constitution depuis 1789
    971 mots | 4 pages
  • Napoléon Bonaparte, fossoyeur ou continuateur de la révolution ?
    823 mots | 4 pages
  • Napoléon et la revolution
    2274 mots | 10 pages
  • De gaulle conférence
    1372 mots | 6 pages
  • Napoléon bonaparte: un" héritage mitigé" de la révolution
    464 mots | 2 pages
  • 1789-1791, Une révolution réussie ?
    698 mots | 3 pages
  • Les constitutions révolutionnaires
    2524 mots | 11 pages
  • Repères chronologiques pour la classe de sixième
    7691 mots | 31 pages