LA Jacques Le Fataliste

Pages: 7 (2199 mots) Publié le: 3 mars 2015
Lecture analytique : l’incipit de Jacques le fataliste,
Denis Diderot, 1789, (Les lumières)

En quoi cet incipit est original ?

Introduction :

• Bien qu’il soit une œuvre de fiction, le roman entretient avec la réalité un ensemble de relations complexes. Il place ses actions et ses personnages dans un contexte historique et social qui le situe.
• Denis Diderot est un des philosophes le plusconnu du XVIIIe siècle car il a dirigé l’Encyclopédie avec D’Alembert. D’origine sociale modeste et provinciale, il monte à Paris pour ses études, il découvre le bouillonnement intellectuel des Lumières et devient athée. Il écrit  La lettre sur les aveugles, Le Neveu de Rameau,  Jacques le Fataliste et son maitre. Comme d’autres de ses œuvres, ce dernier roman a été publié en 1796 après sa mort etaccorde une grande importance au dialogue entre les deux personnages.
• Dès l’incipit, on perçoit l’originalité de l’œuvre, on y découvre un double dialogue, l’un entre le narrateur et le lecteur, l’autre entre Jacques et son maitre, construits presque symétriquement et qui suscite une réflexion sur l’écriture romanesque. Diderot vise un certain nombre d’idée critique par rapport à la religion età la société de son temps.
• Nous nous demanderons en quoi cet incipit est original.
• Nous verrons dans un premier temps que l’entrée en matière originale de cet incipit. Cependant dans un deuxième temps, nous développerons l’interrogation sur la liberté que suscite cet extrait.

Plan :

I – Une entrée en matière originale :
a) Une attente déçue.
b) Un récit, un dialogue.
II – Une interrogationsur la liberté :
a) La liberté du romancier.
b) La liberté de Jacques.
c) Le paradoxe de la liberté.

Conclusion :

Diderot nous oblige à nous interroger sur les conventions du roman, les conventions sociales : il inverse le rapport Maitre et serviteur pour mettre en cause le monde, nous-mêmes dans notre manière d’exercer notre liberté.
I – Une entrée en matière originale :

a) Une attentedéçue.

- Les premières pages d’un roman comportent en général toutes les indications que le lecteur attend, et que le narrateur ici lui refuse : L.1 : « Comment s’étaient-ils rencontrés ? »
L.2 : « Comment s’appelaient-ils ? », « D’où venaient-ils ? »
L.3 : « Où allaient-ils ? », « Est-ce que l’on sait où l’on va ? », « Quedisaient-ils ? »

- Diderot se moque de nous et même nous nargue : L.2 : « Que vous importe ? »

- Le maitre n’aura jamais de nom, le serviteur n’aura qu’un prénom.

- Diderot refuse de nous informer davantage et nous amène à nous interroger sur la nature de l’illusion romanesque. Il nous prive de tous les repères dans un récit pourtant déjà entamé.

- Le « ils » de la première phrase n’a pas de référent, ilfaut attendre la troisième ligne pour apprendre qu’il s’agit du maitre de Jacques.

- Le dialogue comme au théâtre a déjà commencé sans nous ; le narrateur accepte de nous le présenter en deux discours indirects : L.4 : « Jacques disait que son capitaine disait que… ».

- Le narrateur intervient encore directement : L.10 : « Après une courte pause ».

- Et tout à la fin de notre passage en nousinterpellant, en nous prouvant sa toute puissance :
L.39 : « Vous voyez lecteur, que je suis beau chemin et qu’il ne tiendrait qu’à moi… ».

- Il ouvre devant nous des pistes qu’il pourrait suivre et qu’il ne suivra pas. Par exemple, le mariage du maitre. Il pose ainsi implicitement la liberté de l’écrivain.

Le lecteur est désorienté mais Diderot veille à nous donner des indices nécessaires pour lacompréhension de l’histoire.

b) Un récit, un dialogue.

- Malgré les refus du narrateur nous pouvons reconstituer l’histoire de Jacques, et même sa chronologie : - nous sommes en France.

- Jacques est entrain de boire du vin au cabaret :
L.13 : « C’est que, je m’enivre de son mauvais vin »
L.10 : « Que le diable emporte le cabaretier et son cabaret ! ».

- Il oublie de s’occuper des...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Jacques le fataliste
  • Jacques le fataliste
  • Jacques le fataliste
  • Jacques le fataliste
  • Jacques le fataliste
  • Jacques le fataliste
  • Jacques le fataliste
  • Jacques le fataliste

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !