LA Jacques Le Fataliste

2199 mots 9 pages
Lecture analytique : l’incipit de Jacques le fataliste,
Denis Diderot, 1789, (Les lumières)

En quoi cet incipit est original ?

Introduction :

• Bien qu’il soit une œuvre de fiction, le roman entretient avec la réalité un ensemble de relations complexes. Il place ses actions et ses personnages dans un contexte historique et social qui le situe.
• Denis Diderot est un des philosophes le plus connu du XVIIIe siècle car il a dirigé l’Encyclopédie avec D’Alembert. D’origine sociale modeste et provinciale, il monte à Paris pour ses études, il découvre le bouillonnement intellectuel des Lumières et devient athée. Il écrit La lettre sur les aveugles, Le Neveu de Rameau, Jacques le Fataliste et son maitre. Comme d’autres de ses œuvres, ce dernier roman a été publié en 1796 après sa mort et accorde une grande importance au dialogue entre les deux personnages.
• Dès l’incipit, on perçoit l’originalité de l’œuvre, on y découvre un double dialogue, l’un entre le narrateur et le lecteur, l’autre entre Jacques et son maitre, construits presque symétriquement et qui suscite une réflexion sur l’écriture romanesque. Diderot vise un certain nombre d’idée critique par rapport à la religion et à la société de son temps.
• Nous nous demanderons en quoi cet incipit est original.
• Nous verrons dans un premier temps que l’entrée en matière originale de cet incipit. Cependant dans un deuxième temps, nous développerons l’interrogation sur la liberté que suscite cet extrait.

Plan :

I – Une entrée en matière originale :
a) Une attente déçue.
b) Un récit, un dialogue.
II – Une interrogation sur la liberté :
a) La liberté du romancier.
b) La liberté de Jacques.
c) Le paradoxe de la liberté.

Conclusion :

Diderot nous oblige à nous interroger sur les conventions du roman, les conventions sociales : il inverse le rapport Maitre et serviteur pour mettre en cause le monde, nous-mêmes dans notre manière d’exercer notre liberté.
I – Une entrée en matière originale :

a) Une attente

en relation

  • Jacques le fataliste
    99914 mots | 400 pages
  • Jacques le fataliste
    1525 mots | 7 pages
  • Jacques le fataliste
    1238 mots | 5 pages
  • Jacques le fataliste
    614 mots | 3 pages
  • Jacques le fataliste
    1465 mots | 6 pages
  • Jacques le fataliste
    741 mots | 3 pages
  • Jacques le fataliste
    1259 mots | 6 pages
  • Jacques le fataliste
    2950 mots | 12 pages
  • Jacques le fataliste
    3274 mots | 14 pages
  • Jacques le fataliste
    2279 mots | 10 pages