La légende napoléonienne

1298 mots 6 pages
« Vivant, il a manqué le monde. Mort, il le possède ». Comme le souligne Chateaubriand dans ces quelques mots sur Napoléon, la plus grande conquête de l’empereur n’est pas L’Europe mais bien les esprits de toutes les générations du XIXème siècle. Certains le considèrent comme le fils de la révolution, d’autres comme un « ogre » tyrannique et sanguinaire. D’autres encore voient en lui et en ses principes un modèle politique idéal. Cet héritage, à la fois idéologique et politique, est devenu tantôt sujet de débat, tantôt enjeu politique et même parfois « acteur » de première importance dans la société de l’époque. Mais, plus précisément, sous quelles formes l’héritage légué par l’homme à la redingote grise s’est-il manifesté au cours du XIXème siècle ?
Tout d’abord, le personnage en lui-même et ses actions ont donné naissance à ce qu’on appelle la « légende Napoléonienne », laquelle alterne entre propagande, haine et adulation.
Mais outre la mythification de Bonaparte, c’est sa politique qui a marqués le XIX siècle et qui se manifeste notamment à travers la naissance du Bonapartisme et la réutilisations des institutions et stratégies militaire de l’Empire.
Durant tout le XIXème siècle, le nom de Napoléon, en plus d’être chargé d’histoire, était entouré d’une forme de légende. Il serait naïf de croire que cette mythification du personnage ait commencé une fois celui-ci en exil à Ste Hélène : en effet, Bonaparte a su, dès la première campagne d’Italie, se forger sa propre légende en s’emparant des mécanismes de la propagande. C’est ainsi que sont apparus des journaux tels que « courrier de l’armée d’Italie » esquissant le portrait d’un homme courageux, invincible, et proche de ses soldats. L’expédition d’Egypte n’a fait que renforcer la fascination pour ce jeune général plein de fougue, s’opposant aux politiciens corrompus et âgés du Directoire. Mais c’est après 1800 que cette « légende officielle » prend le plus d’ampleur. Seule la presse favorable à l’empereur

en relation

  • Le colonel chabert
    3715 mots | 15 pages
  • Les mythes napoleonniens
    757 mots | 4 pages
  • Victor hugo
    572 mots | 3 pages
  • Napol on Ier
    5602 mots | 23 pages
  • Chanson
    447 mots | 2 pages
  • Gloire militaire de Napoléon
    3082 mots | 13 pages
  • Mort napoléon
    1529 mots | 7 pages
  • Napoléon dans la littérature
    1715 mots | 7 pages
  • Napol on lArt FINAL
    788 mots | 4 pages
  • Napoléon iii
    1843 mots | 8 pages