La légitimité du conseil constitutionnel

2548 mots 11 pages
Si le général de Gaulle a instauré le Conseil constitutionnel en 1958, c'était en premier lieu pour lui servir d'instrument de rationalisation du Parlement. Tel « un canon braqué contre le Parlement », (selon l'expression de François Luchaire) il ne s'agissait non pas du gardien de la Constitution, mais du gardien du respect par le Parlement des règles constitutionnelles qui le concernaient. De ce fait, le Conseil constitutionnel n'était qu'un organe mineur. Pourtant, cet organe s'est depuis continuellement développé, tant et si bien que personne n'ira de nos jours démentir l'émancipation de son autorité. François Mitterrand a même énoncé que « disposant de grands pouvoirs, le conseil constitutionnel doit à tout prix éviter de s’ériger en gouvernement des juges ».
Ainsi, son rôle de régulateur de l'activité des pouvoirs publics mais aussi et surtout son rôle comme juge de la constitutionnalité des lois, depuis 1971, lui ont progressivement permis de prendre une place prépondérante au sein des institutions de la Cinquième République. Néanmoins, la doctrine n'est pas unanime en ce qui concerne la légitimité de cet organe jeune de 40 ans. C'est en cela que certaines de ses décisions ont autrefois défrayé la chronique, comme en témoigne l'épisode saillant du 22 Janvier 1999 : La gauche avait alors accusé le Conseil Constitutionnel d'avoir protégé l'ancien Président de la République J. Chirac, comme l'aurait démontré sa décision sur le privilège de juridiction du Président de la République pour les actes accomplis en dehors de l'exercice de ses fonctions. En effet, dans le même temps, des poursuites pesaient sur Roland Dumas, alors président du Conseil Constitutionnel. L'idée d'un complot, plus ou moins fondée, entre ces deux personnalités politiques a ainsi été soulevée. Si la légitimité des juridiction ordinaires françaises a su s'imposer dans la vie juridique française, celle du Conseil Constitutionnel semble poser davantage de problèmes aujourd'hui. Quels sont

en relation

  • légitimité de CC
    1983 mots | 8 pages
  • La legitimité du controle de constitutionalité
    2316 mots | 10 pages
  • Le bloc de constitutionnalité
    1041 mots | 5 pages
  • Ladane
    1435 mots | 6 pages
  • Le conseil constitutionnel
    920 mots | 4 pages
  • Droit administratif. légitimité et autorité des principes généraux du droit en droit français.
    1392 mots | 6 pages
  • La place du conseil constitutionnel au sein des institutions de la vème république
    1634 mots | 7 pages
  • Le controle de la constitutionnalité
    3020 mots | 13 pages
  • Controle de constitutionnalité
    3655 mots | 15 pages
  • Comment justifier le rôle central du juge constitutionnel dans les démocraties contemporaines?
    7134 mots | 29 pages