La mère aux Monstres

875 mots 4 pages
Le récit bref est florissant au XIXème siècle et offre un panorama riche et varié. Chroniqueur, novéliste, essayiste et romancier réaliste, Guy de Maupassant (1850-1893) a largement contribué à l'évolution du genre à travers ses contes et nouvelles. Depuis "Boule de Suif" en 1880 qui assura son succès jusqu'au "Colporteur" (1893) en passant par "Le Horla" en 1886 et "La maison Tellier" en 1881, Maupassant aborde tous les sujets préoccupants de son époque.

En 1883, il publie "La Mère aux monstres" dans la revue Gil Blas (puis dans le recueil de nouvelles Toine en 1886) sous le pseudonyme de Maufrigneuse. Cette nouvelle, qui s'inscrit dans le mouvement réaliste auquel Maupassant a participé, annonce d'emblée son ambivalence. En effet, les termes choisis pour le titre de la nouvelle sont équivoques : la "mère" dont on va parler est-elle une "femme qui a mis au monde un enfant" ou une "cause, origine, lieu qui produit" ? La préposition "aux" indique-t-il la destination, la caractérisation ou le mode de fonctionnement ? Quant aux "monstres", s'agit-il d'êtres vivants possédant une malformation, d'une chose dont on s'effraie ou même des êtres fantastiques des légendes et de la mythologie ? Le titre interpelle le lecteur, le pousse à se questionner et semble vouloir l'avertir que le court récit qu'il s'apprête à lire recèle plusieurs niveaux de lectures.
Selon quelles modalités Maupassant parvient-il, à travers l'histoire de la mère aux monstres, à livrer au lecteur une vision réaliste des contradictions de la société du XIXème siècle ?

Nous verrons dans un premier temps que cette nouvelle dresse au lecteur un portrait du sujet, la mère aux monstres, qui remet en cause le statut traditionnel de la figure maternelle. Ensuite, nous montrerons que "La mère aux monstres" constitue un véritable document sur la société du XIXème siècle, une société de classes, entretenue par une mentalité capitaliste très ancrée. Enfin, nous soulèverons les contradictions que révèle

en relation

  • La mère au monstre
    1826 mots | 8 pages
  • Erik vs le monstre
    792 mots | 4 pages
  • Britannicus, la naissance du monstre néron
    3567 mots | 15 pages
  • Frankenstein
    2245 mots | 9 pages
  • Pierre et jean - guy de maupassant - l'expèrience naturaliste "personnage souvent aux prises avec ses pulsions, pierre devient, au paroxysme de l'aliénation, un monstre". en quoi cette approche du personnage vous paraît-
    2185 mots | 9 pages
  • Mythes de l'astronomie
    2225 mots | 9 pages
  • Oedipe
    1969 mots | 8 pages
  • Frankeinstein
    2500 mots | 10 pages
  • Monstruosité dans 4 textes
    1237 mots | 5 pages
  • Pierre et jean
    1874 mots | 8 pages