La metonymie

3537 mots 15 pages
-------------------------------------------------
Métonymie
Ne doit pas être confondu avec synecdoque.
La métonymie (substantif féminin) est une figure de style appartenant à la classe des tropes qui consiste à remplacer, dans le cours d’une phrase, un substantif par un autre, ou par un élément substantivé, qui entretient avec lui un rapport de contiguïté et peut être considéré comme équivalent sur l’axe paradigmatique du discours. Ainsi, la métonymie est une figure opérant un changement de désignation.
Souvent, cette relation de substitution est motivée par le fait que les deux mots entretiennent une relation qui peut être : la cause pour l’effet, le contenant pour le contenu, l’artiste pour l’œuvre, la ville pour ses habitants, la localisation pour l’institution qui y est installée…
-------------------------------------------------
Étymologie[modifier]
Du grec μετωνυμία formé de μετά : meta (« déplacement ») et de ὄνυμα : onuma (« nom »), forme éolienne de ὄνομα (« nom ») ; la metônumia (« changement de nom ») désigne dès l’Antiquité la figure.
Comme les mots homonymie ou synonymie, le terme de métonymie est fondé sur le substantif grec onoma désignant le « nom », précédé du préfixe meta indiquant un « déplacement » et que l’on retrouve dans la métaphore, figure très proche.
-------------------------------------------------
Définition[modifier]
La métonymie est une figure très courante, qui consiste à remplacer le terme propre par un autre qui lui est proche ou qui en représente une qualité (cause, possession, partie…) et qui a avec lui une relation logique1. Très proche de la métaphore, elle aboutit à une anomalie du discours qui permet de la repérer comme dans ce vers de Paul Éluard intitulé Courage :
« Paris a froid Paris a faim »
Ici, Paris désigne moins la ville en elle-même que ses habitants. Il y a relation métonymique entre les habitants et la ville, ces derniers étant une partie du tout qu’est la « ville lumière ».
La métonymie remplace un

en relation

  • Figure de style et architecture
    824 mots | 4 pages
  • Cade d'oiseau
    1011 mots | 5 pages
  • L'argumentation à travers la publicité
    1739 mots | 7 pages
  • La poterie
    1541 mots | 7 pages
  • Argumentatio
    1759 mots | 8 pages
  • Claude roy permis de séjour
    1350 mots | 6 pages
  • Paul auster
    3880 mots | 16 pages
  • Les figures de style
    1313 mots | 6 pages
  • Les figures de style
    1791 mots | 8 pages
  • Commentaire, mallarmé
    1404 mots | 6 pages