La poésie nous éloigne-t-elle du réel ou nous permet-elle de mieux l'appréhender?

Pages: 12 (2816 mots) Publié le: 26 mai 2010
L'INGENU

INCIPIT-CHAPITRE PREMIER

I. L’incipit
A) La mise en place du récit
- Présence de descriptions, à l’imparfait : « comme ils s’attendrissaient ».
- Où ? « baie de St Malo ».
- Quand ? « 1689, le 15 juillet au soir ».
- Qui ? les Kerkabon et le Huron.
- Quoi ? Rencontre entre un individu étrange et deux nobles : un prêtre et sa sœur.

B) Un incipit annonciateur de la suite durécit
- Mise en place de l’intrigue : arrivée du Huron au moment où les nobles se souviennent du frère.
- Date : 1689 = Louis XIV, monarchie absolue, pas de libertés individuelles, ni de liberté d’expression et 1685 = révocation de l’Edit de Nantes.
- Contraste entre les personnages.
à Codes implicites

C) Eléments du conte
- Le merveilleux : histoire de St Dunstan = fausse légende inventéepar Voltaire.
- Situation initiale : promenade des Kerkabon.
- Elément perturbateur : arrivée du bateau.
- Provenance du Huron : de très loin, d’un pays inconnu.

II. La présentation des personnages
A) Le Huron
- Portrait physique : simple, coiffure, sandales, habits.
- Portrait moral : aimable, sociable, curieux.
- Insistance sur les traits qui le différencient de la sociétéoccidentale.
- Antithèse : « martial et doux » = imposant mais a l’air sympathique.


B) Saint Dunstan et les Kerkabon
- Saint Dunstan = personnage légendaire.
- Ironie : « saint de profession » (l.1) car il n’est pas possible de choisir et la sainteté accordée après la mort.
- Abbé de Kerkabon, un bénéficier (= qui reçoit de l’argent du tiers état et du roi), qualité présentée ironiquement : n’estpas soul « le seul » = hyperbole ; cultivé : lit St-Augustin (confessions) et Rabelais (XVIème, Gargantua, Pantagruel, humour et critique sur la religion notamment et morale épicurienne).
- Abbé présenté avec humour : métonymie = « s’amusait avec Rabelais », euphémisme = « déjà un peu sur l’âge », antithèse = « aimé de ses voisins, après l’avoir été autrefois de ses voisines ».
- Mlle deKerkabon : euphémisme = « conservait de la fraîcheur pour son âge », gentille car pas seulement stricte dans sa morale : antithèse = « elle aimait le plaisir et était dévote ».
à Les Kerkabon sont sympathiques, on apprend qu’ils ont un frère commun, mais ils sont naïfs.

III. La critique
A) Critique de l’Eglise
- Contradiction entre le discours et les actes : ivresse des repas ; bénéficier quiutilise l’argent des plus pauvres pour des excès ; contradiction « elle aimait le plaisir et était dévote ».
- Moquerie des légendes de l’Eglise irrationnelles avec St-Dunstan, « saint de profession ».

B) Critique de la société
- Manque d’ouverture, préjugés sur les Iroquois : « étonnée et enchantée de voir un Huron qui lui avait fait des politesses ».
- Opposition entre simplicité du Huron etcomplexité de la société européenne : « Le jeune homme leur répondit qu’il n’en savait rien, qu’il était curieux, qu’il avait voulu voir comment les côtes de France étaient faites, qu’il était venu, et allait s’en retourner », contact simple, sans souci d’étiquette…
- Egocentrisme de Mlle de Kerkabon : « très choquée du peu d’attention qu’on avait pour elle ».

CONCLUSION:
-Un début de contequi laisse une grande place au réalisme.
-Le lecteur comprend déjà le registre utilisé = polémique (dénonciation violente)
-Le thème de la dénonciation => la religion.

CHAPITRE TROISIEME

Introduction
Situation du texte dans L'Ingénu : le Huron arrivé du Canada, se fait reconnaître comme le neveu du prieur de Kerkabon qui l’a recueilli. Il doit se faire convertir pour être baptisé.L’auteur fait le portrait de l’Ingénu qui n’a pas d’esprit critique (" les choses entraient sans nuages ") et analyse ses réactions face à la lecture du Nouveau Testament. Une critique de la religion et de l’éducation est faite par cette nouvelle lecture et ce procédé du regard neuf. L’Ingénu ne possède pas de repères chronologiques jusqu’à ce que son oncle lui dise que " son zèle était inutile "....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La poesie nous eloigne t'elle du réel ou nous permet elle de mieux l'aprehender
  • A poesie nous éloigne t'elle du réel ou nous permet au contraire de mieu l'appréhender ?
  • La poésie nous éloigne du réel ou nous fait mieux percevoir la réalité
  • La poésie nous éloigne t-elle du réel ou nous fait-elle mieux percevoir la réalité ?
  • La poésie nous éloigne t-elle du réel ou nous fait-elle mieux percevoir la réalité ?
  • La poésie nous éloigne-t-elle du réel ou nous fait-elle mieux percevoir la réalité?
  • Dissertation: vous vous demanderez si la poésie nous éloigne du réel ou nous fait mieux percevoir la réalité.
  • La poésie nous éloigne t elle du réel

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !