La programme de la seconde

5400 mots 22 pages
Dans le domaine de la littérature et des arts, le terme « réalisme » désigne la volonté de reproduire la nature sans idéal, de décrire la réalité telle qu'elle est, en refusant les invraisemblances du romantisme. Le courant littéraire du réalisme s'épanouit dans la seconde moitié du XIXe siècle et prend, avec Emile Zola, à partir de 1868, une forme plus radicale avec le naturalisme.
1. Les fondements du réalisme et du naturalisme
Le réalisme prend sa source dans une double volonté de rupture, avec la société bourgeoise du Second Empire et avec la littérature en place, c'est-à-dire le romantisme. L'évolution du concept de réalisme est étroitement liée à l'évolution de l'histoire, de la sociologie et des idéologies de la seconde moitié du XIXe siècle : la montée parallèle de ladémocratie et du libéralisme d'un côté, du positivisme d'Auguste Comte et de Hippolyte Taine qui prônent le culte du progrès, de l'autre. Par ailleurs, les sciences expérimentales et la sociologie deviennent les principales sources d'une documentation mettant en lumière l'interaction constante de l'homme et de son milieu.
2. Les principes du réalisme
La conception du réalisme ne constitue pas à proprement parler un corps de doctrine, mais se définit par quelques valeurs et principes simples.
– Décrire le réel, tout le réel.
– Faire preuve d'objectivité tout en laissant la place à l'imagination et à la sensibilité : chaque écrivain décrit le réel à sa manière, conformément à sa perception du monde.
– S'appuyer sur une documentation approfondie.
– Utiliser le modèle scientifique comme approche et démarche.
– « Faire vrai », par les moyens d'une écriture réaliste qui se soucie davantage de la forme (point de vue interne, style indirect libre, description par la précision des détails, vocabulaire technique) que du style.
3. Les principaux écrivains réalistes
Si Balzac et Stendhal ont déjà ouvert la voie au réalisme, en tant que volonté de représenter la réalité – humaine, sociale ou «

en relation