la shute de sparte

3202 mots 13 pages
L’être humain — Sartre
Mathieu Bélanger

Hiver 2014

L’existence précède l’essence I
Jean-Paul Sartre, L’existentialisme est un humanisme, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1996, p. 26–30.

Ce [que les existentialistes] ont en commun, c’est simplement le fait que l’existence précède l’essence, ou, si vous voulez, qu’il faut partir de la subjectivité. Que faut-il au juste entendre par là ? Lorsqu’on considère un objet fabriqué, comme par exemple un livre ou un coupe-papier, cet objet a été fabriqué par un artisan qui s’est inspiré d’un concept ; il s’est référé au concept de coupe-papier, et également à une technique de production préalable qui fait partie du concept, et qui est au fond une recette. Ainsi, le coupe-papier est à la fois un objet qui se produit d’une certaine manière et qui, d’autre part, a une utilité définie, et on ne peut pas supposer un homme qui produirait un coupe-papier sans savoir à quoi l’objet va servir. Nous dirons donc que, pour le coupe-papier, l’essence — c’est-à-dire l’ensemble des recettes et des qualités qui permettent de le produire et de le définir — précède l’existence ; et ainsi la

L’existence précède l’essence II
Jean-Paul Sartre, L’existentialisme est un humanisme, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1996, p. 26–30.

présence, en face de moi, de tel coupe-papier ou de tel livre est déterminée. (. . .)
Lorsque nous concevons un Dieu créateur, ce Dieu est assimilé la plupart du temps à un artisan supérieur ; et quelle que soit la doctrine que nous considérions, qu’il s’agisse d’une doctrine comme celle de Descartes ou de la doctrine de Leibniz, nous admettons toujours que la volonté suit plus ou moins de l’entendement ou, tout au moins, l’accompagne, et que Dieu, lorsqu’il crée, sait précisément ce qu’il crée. Ainsi, le concept d’homme, dans l’esprit de Dieu, est assimilable au concept de coupe-papier dans l’esprit de l’industriel ; et Dieu produit l’homme suivant des

en relation