Le chêne et le roseau anouilh + la fontaine

Pages: 6 (1393 mots) Publié le: 15 décembre 2010
Commentaire Composé
Jean Anouilh & Jean de la Fontaine

Jean Anouilh (1910-1987), dans Le chêne et le roseau (1962) parodie de Le Chêne et le Roseau (1693) de Jean de la Fontaine. Tout deux se sont inspirés de Le roseau et l’olivier (VIème siècle avt. J.-C) de Esope, ces trois fables sont issues de recueils exclusifs à chacun de ces auteurs, appelés Fables. Jean Anouilh, souventqualifié d’ « auteur pessimiste », impose son autorité face au second Jean. La Fontaine (1621-1695) est le fils d’un maître des Eaux et des Forêts ce qui lui vaudra sa passion pour la Nature qui apparaîtra clairement dans ses fables. Cela dit, nous nous contenterons ici de nous exprimer sur les deux fables les plus récentes, autrement dit celles de Jean de la Fontaine et de Jean Anouilh. Nousconcentrerons nos efforts sur les ressemblances, puis les différences et enfin sur les morales opposées de ces fables.

Les fables de Jean Anouilh et de Jean de la Fontaine intitulées « Le Chêne et le Roseau » ont de nombreux points communs évidents. Premièrement les titres sont semblables, hormis les majuscules présentes dans celui de la Fontaine, qui accentuent la personnification des personnages, lesdeux fables sont des récits sous forme de dialogue composé de deux personnages : un fort et un faible et les deux textes sont des fables écrites en octosyllabes et en alexandrins (abstraction faite des quinze heptasyllabes présents dans Le chêne et le roseau). Dans le récit, les personnages sont les mêmes. Le premier est un chêne, comparé à une divinité et évoquant la grandeur : « Celui de qui latête au Ciel était voisine » v.31 dans le premier texte ; « le géant » v.27 dans le second texte ; et le second personnage est un roseau. Dans les deux cas il est considéré comme le plus faible à un premier abord et est caractérisé par sa modicité physique : « Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau » v.3 dans le premier texte et « Que nous autres, petites gens, Si faibles, si chétifs, si humbles,si prudents » v.12. dans le texte d’Anouilh qui utilise une gradation Dans les deux fables, le chêne évoque la fierté et l’outrecuidance : « Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphir. »v.10 dans le premier texte ; « le chêne fier » v.19 dans le second. Nous remarquons également une paraphrase de la part de Jean Anouilh pour l’entrée du dialogue avec l’expression : « Le chêne un jour dit auroseau » v.1.Le récit et l’histoire continue, les personnages s’affrontent et la tempête arrive pareillement dans les deux textes, il n’est ni personnifié, ni ne participe au dialogue, il rappelle ainsi dieu et la fatalité qui peut s’attaquer à l’Homme d’une manière cruelle et brutale : « Du bout de l’horizon accourt avec furie Le plus terrible des enfants Que le Nord eût porté jusque-là dans sesflancs » v.27 (fable 1) personnification du vent, comparaison avec des enfants; « Le vent se lève sur ses mots, l’orage gronde Et le souffle profond qui dévaste les bois » v.16 (fable 2), les sonorités de cette phrase font songer au bruit du vent et de l’orage : allitération en [l], en [gu], en [r], en [s], et en [f ]. Le décès du chêne apparaît alors, de manière pathétique pour la version d’Anouilhet édifié avec une allitération en [m] : « Le géant, qui souffrait, blessé de mille morts, de mille peines » v. 28 et dans la version de la Fontaine : « Le vent redouble ses efforts Et fait si bien qu’il déracine Celui de qui la tête au Ciel était voisine Et dont les pieds touchaient à l’empire des morts » v.30 ; ce personnage qui rejoint ciel et terre symbolise ainsi la réunion des deux univers.Cependant, de nombreuses distinctions apparaissent.

En effet, Anouilh dès le début de sa fable émet un jugement critique envers la Fontaine : «  N’êtes vous pas lassé d’écouter cette fable ? La morale en est détestable ; Les hommes bien légers de l’apprendre aux marmots. »v.4 ; il applique également une question rhétorique : « Plier, plier toujours, n’est-ce pas déjà trop, Le pli de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire comparatif le chêne et le roseau la fontaine/anouilh
  • Commentaire comparé de la fontaine et anouilh : le chêne et le roseau
  • Le chene et le roseau de jean anouilh
  • Anouilh, le chêne et le roseau
  • Le chêne et le roseau anouilh
  • Le chêne et le roseau de la fontaine
  • Le chêne et le roseau
  • Jean de la fontaine

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !