Le discours d'octavien à la veille de la bataille d'actium (septembre 31 avant j-c)

7523 mots 31 pages
Le discours d'Octavien à la veille de la bataille d'Actium : l'affrontement de deux mondes

Depuis 509 avant J-C, et la Lex Iunia ordonnant l'exil de Tarquin le Superbe (dernier roi de Rome), la monarchie romaine a laissé place à la République. Cette dernière que l'on peut qualifier d'oligarchie (venant des termes grecs « arkhê » (pouvoir) et « oligoi » (quelques uns) est un gouvernement allant jusqu'en 31 avant J-C. C'est une période de l'histoire romaine caractérisée par une répartition bien précises des pouvoirs entre les mains du sénat, de différents magistrats mais aussi au peuple, de nombreuses guerres de conquêtes étendant considérablement le territoire romain jusqu'en Gaule, Espagne, Afrique du Nord, Asie Mineure, ainsi que plusieurs guerres civiles, dont la dernière provoqua sa chute. C'est précisément l'objet de notre texte que nous allons commenter. Ce texte est un extrait du discours d'Octavien à la veille de la bataille d'Actium (le 2 septembre 31 avant J-C). Cela se remarque par le la structure particulière du texte, mêlant apostrophes à l'égard de son auditoire qui est ici militaire (soldats (l.1)) et l'impression d'un dialogue constant avec le public avec l'emploi de la première personne du pluriel (l. 9, 10, 22, etc.). Ainsi ce personnage de la République romaine fait ici un discours à ses hommes visant à leur donner du courage pour la guerre à venir. La rhétorique romaine est l'une des plus réputées, et les hautes personnes de l'époque savaient manier les mots pour faire passer un message, convaincre un auditoire, c'est dans ce but qu'Octavien prononce ce discours qui nous le verrons, à un but bien précis. Ainsi, cet extrait du discours d'Octavien est tiré du livre 50 de l'Histoire Romaine de Dion Cassius. Ce dernier, né vers 155 ou 163 et mort en 235, de son vrai nom Cassius Dio Cocceiabus, naquit à Nicée, en Bithynie dans une famille de notables grecs. Ses oeuvres étant écrites en grec, nous le considérons donc comme un écrivain grec du

en relation

  • La censure au 18eme siecle
    25966 mots | 104 pages
  • CM Histoire ancienne
    26773 mots | 108 pages
  • Rome des premiers siècles
    22000 mots | 88 pages
  • Bilan de l"histoire intèrieur de rome
    61559 mots | 247 pages
  • cléopatre captive de Etienne Jodelle
    150729 mots | 603 pages