Le prince et les arts, france italie (xive xviiie)

Pages: 41 (10227 mots) Publié le: 8 octobre 2012
Le prince et les arts en France et en Italie, XIVe-XVIIIe siècles

Michel Figeac (dir), SEDES

Le prince et les arts est une belle question à condition d’en embrasser toute la richesse foisonnante, toutes les ouvertures possibles et d’éviter les clichés.

Art et politique sont au cœur de la problématique.

Pour Emmanuel Kant, on ne devrait appeler « art », que la production par liberté.L’œuvre d’art procède non de la nature, non de Dieu ou de l’Etat, mais de l’habileté et d’une certaine rationalité humaine. N’est ce pas cette question qui est au cœur de la problématique ?



Chapitre 1 : le prince et les arts à la fin du Moyen Age (1300-1520)
Philippe Jansen



Le portrait de Charles V fait par Christine de Pizan met en valeur les traits du nouveau modèle de souverain« sage », dont la vertu et la noblesse s’expriment autant par le goût artistique du collectionneur et la curiosité érudite pour les productions de l’esprit que par la bravoure militaire ou la capacité à administrer le royaume et ses sujets. L’art apparait comme une récréation nécessaire à l’équilibre du roi souvent confronté à des difficultés.

I. Les cours princières, un foyer de culture etd’arts

A. La multiplication des cours, un phénomène de la fin du Moyen Age

1. L’automne du Moyen Age ?

Les deux derniers siècles du MA ont été perçus comme une période de troubles. Les XIV et XV sont marqués par des crises : omniprésence de la mort (peste, guerre de Cent Ans…), omniprésence des impôts… En Italie, les combats entre condottières créent une certaine instabilité.Paradoxalement, au cours de la même période, la floraison des productions de l’esprit et des manifestations de l’art est sans précédent : elle atteint un degré de raffinement et manifeste un esprit d’innovation inégalés. C’est une des bases de la Renaissance.

2. Le phénomène des états princiers

Les XIVe et XVe siècles sont une période de gestation de l’Etat moderne. La construction del’autorité du roi autour de son domaine royal d’île de France, poursuivis par tous les capétiens depuis le XIIe rencontre des difficultés : interruption dans la lignée des héritiers d’Hugues Capet, guerre de Cent Ans, émergence de cours princières distinctes de la cour royale, guerre entre Armagnac et Bourbon.

C’est le temps des principautés (apanages…). Selon Aeneas Silvius Piccolomini, « le roi se ditempereur en son royaume et le duc roi en son duché ». En 15 ans, le roi reprend ses droits et fait entrer tous les apanages dans son domaine royal.

En Italie, les Etats du pape sont en proie à l’anarchie. Le pays est très morcelé. Dès le XVe, des communes importantes passent aux mains d’individus ou de grandes familles : les Médicis à Florence, les Visconti et les Sforza à Milan, les Este àFerrare, les Gonzague à Mantoue, les Montefeltre à Urbino, les Malatesta à Rimini.

Dans la seconde moitié du XVe, les principautés françaises déclinent alors qu’en Italie, elles triomphent.

A partir du XIVe, toute la vie de cour est concentrée autour de la personne du prince : la vie de cour s’organise autour du prince. Il est un modèle. C’est lui qui exprime le goût, exerce un mécénat personnelqui se reflète dans les commandes artistiques. Et la cour cherche à enrichir son cadre de vie afin de se rapprocher de la manière de vivre du prince.

Entre toutes ces cours, des similitudes culturelles fortes apparaissent. Elles ont été la matrice d’une élite sociale, intellectuelle et politique. La fréquence des alliances matrimoniales renforcent les liens entre les cours (les Visconti avaientun très large réseau d’alliance). Notons aussi les voyages qui permettent de nombreux échanges.

B. La culture des princes

1. Une tradition aristocratique

L’éducation des princes ne changent pas fondamentalement : elle se fait dans le cadre familial et avec les meilleurs précepteurs. La chasse continue d’être appréciée. En 1394, un seigneur angevin sur demande de Louis...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Economie france-italie
  • La france et l'europe au xvi et xvii
  • L'angletterre et la france au xviiie siècle
  • La France et l'Angleterre au XVIIIe
  • Indicateurs économiques france italie
  • voyage france italie
  • Les paysans en france au xviiie siècle
  • La fiscalité en France au XVIIIe siècle

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !