Le romantisme

Pages: 10 (2270 mots) Publié le: 28 janvier 2013
C. no 2 – Le Romantisme - mars 2012 – II A & II B

Le politique et le littéraire ou la littérature à l’école de la société. Une introduction

On a, au XIXe siècle, beaucoup plus qu’à d’autres époques, l’impression (d’ailleurs facile à confirmer par les textes littéraires) que les événements sont rapidement récupérés par l’écriture, qui peut les élever au rang de mythe ou de légende (lafigure dominante de l’époque est celle de Napoléon). Au-delà du politique, c’est tout le XIXe siècle et sa vie qui rentrent dans les livres. Les textes inscrivent l’époque dans la dynamique de leur récit. Depuis 1789 l’Histoire s’est accélérée, fournissant un réservoir d’images, de personnages et de thèmes dans lesquels l’imaginaire collectif trouve à se nourrir, et l’imagination des artistes y trouveune large part de son inspiration (voir la place qu’occupe le roman et le drame historique dans la première moitié du XIXe siècle).
Le XIXe siècle nous apparaît comme très mouvementé de point de vue politique en premier lieu. Consulat, Empire, monarchie restaurée ou constitutionnelle, République, Constitutions, Chartes, sénatus-consultes, les régimes changent et passent, les gens selassent, à l’image (plus tard) d’un Deslauriers de Flaubert, las « de constitutions, de chartes, de subtilités, de mensonges » (L’Education sentimentale). Il se forme l’image d’un pays versatile et ingouvernable. La vraie instabilité, selon certains historiens, est « plus apparente que réelle », car Napoléon occupe la scène 15 ans durant, la monarchie le relaie pendant 33 ans, avant de céder la placepour une triennale parenthèse républicaine. Derrière ces changements et malentendus, conflits de toute sorte, la France bouge en profondeur.
Dans les événements, Tocqueville voyait « la lutte acharnée entre l’ancien régime, ses traditions, ses souvenirs, ses espérances représentées par l’aristocratie et la France nouvelle, conduite par la classe moyenne ». L’ancien et le nouveau (l’Ancien et leNouveau) : opposition simple et forte, où s’inscrivent les régimes (la monarchie / la Révolution/ la République), les figures (Napoléon, Louis XVIII, Charles X), les hommes (l’émigré / le peuple), et qui se thématise aussi dans l’antithèse ordre / mouvement.

La société post-révolutionnaire (fin XVIIe, début XIXe siècle) était fortement marquée par la proximité de l’événement politique sansprécédent qui avait vu l’effondrement de l’ancien régime et la naissance d’un nouvel ordre. Penser le social revenait à tenter de penser cette fracture tout en essayant de définir les lignes de l’avenir sur lesquelles cette fracture profonde ouvrait, et de donner en même temps une forme et un sens à ce passé révolu, mais encore très présent dans les consciences.
Le principal clivage politiqueétait celui qui opposait les penseurs réactionnaires, hostiles à la Révolution et nostalgiques de l’Ancien Régime, aux penseurs ouverts aux idées libérales qui avaient triomphé en 1795 (après la fin de La Terreur). Le champ de la pensée politique a été marqué par trois directions majeures :
- la pensée contre-révolutionnaire ;
- la pensée libérale ;
- la pensée des Idéologues.

Lapensée contre-révolutionnaire a été dominée par Louis de Bonald et Joseph de Maistre.
- Louis de Bonald (1754-1840) avait composé sa Théorie du pouvoir politique et religieux (1796) durant son exil en Suisse. Il propose une conception de « l’homme social » concurrente de celle de Jean-Jacques Rousseau, considéré comme le principal facteur d’un processus commencé avec la Réforme (Luther, Calvin)et poursuivi par les Encyclopédistes ; ce processus consiste en la désorganisation d’un corps social jadis soudé par la religion catholique, structuré par les corps intermédiaires (la famille) et identifié à la nécessité naturelle.
Joseph de Maistre (1753-1821), avec ses ouvrages Considérations sur la France (1796) et Les Soirées de Saint-Pétersbourg (1821) exerça une influence certaine sur...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le romantisme
  • Le romantisme
  • Romantisme
  • Romantisme
  • Romantisme
  • Le romantisme
  • le romantisme
  • Le romantisme

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !