« Le superflu, chose très nécessaire » voici ce que pense voltaire dans son poème le mondain. dans quelle mesure cette boutade peut-elle s’appliquer au luxe et à l’art ?

Pages: 8 (1950 mots) Publié le: 20 novembre 2010
« Le superflu, chose très nécessaire » voici ce que pense Voltaire dans son poème Le Mondain. Dans quelle mesure cette boutade peut-elle s’appliquer au luxe et à l’art ?

Voltaire (1694-1778), écrivain philosophe su siècle des Lumières est souvent considéré comme le maître à penser du XVIIIème siècle. Il a écrit de nombreux textes, et celui auquel nous allons nous intéresser plusparticulièrement est Le Mondain, poème publié en 1736 et dans lequel il écrit « le superflu, chose très nécessaire ».
A l’origine, le superflu désigne ce qui n’est pas essentiel, ce qui est en trop. Il est souvent associé aux idées de luxe, de gaspillage et de surconsommation. Ici, ce mot est associé à l’adjectif nécessaire c'est-à-dire à ce qui est indispensable. En liant ces mots par une virgule, Voltaire achoisi de mettre en apposition deux notions antinomiques.
A la lecture du sujet, la question qui survient est la suivante: cette phrase peut elle être considérée comme une sorte de définition du luxe ? De l’art ? En quoi peut-on associer le superflu et le nécessaire à ces deux notions ?
Etymologiquement, « luxe » vient du latin « lux » qui signifie lumière, goût, éclairage, élégance ; mais ausside « luxuria » : l’excès, le clinquant, la luxure. Le luxe balance donc toujours entre les deux pôles du paraître et de l’être. Le mot art, vient , lui, du latin « artis » qui veut dire habileté,
Dans un premier temps nous tenterons de répondre à la question : le luxe un superflu nécessaire ? Puis nous montrerons que sa nécessité est controversée. Enfin nous terminerons en montrant que le luxeet l’art sont deux notions intimement liées.

I : Le luxe, un superflu nécessaire ?
Dans son poème Le Mondain, Voltaire nous dresse un portrait de son époque, qui est, selon lui, celle des plaisirs et du luxe.

A : Le XVIIIème siècle : la naissance du capitalisme et du superflu

* La querelle autour du luxe qui a eu lieu au XVIIIème siècle est en réalité un débat sur les avantages ou lesdésavantages des changements vécut en France
(XVIIIème = siècle du développement intensif su commerce et de la pro industrie).

* L’âge de fer se mêle à l’âge d’or
Augmentation considérable du commerce extérieur de la France ; commerce international allant de pair avec un léger développement de la production manufacturière, la grande part de l’industrie française était occupée par letextile, le secteur minier… et une mince part par l’industrie du luxe.

* La naissance des maisons du luxe
B : Le luxe, un superflu

* L’enrichissement des sociétés
Découverte de nouveaux matériaux : le XVIII est l’apogée du commerce triangulaire : la France s’enrichit et se tourne vers des besoins plus superflus.

* Est considéré comme superflu tout ce qui n’est pas nécessaire à lasurvie de l’homme.
Or le luxe n’est pas un besoin primaire, il n’est donc pas nécessaire à la survie de l’homme. On peut alors le définir comme superflu.

* Dans le luxe, l'abondance s'associe au superflu pour conférer un sentiment de grande aisance matérielle et de raffinement du goût.

C : Un luxe nécessaire ?
* En plus d’assurer la puissance d’un État et de permettre aux citoyensou aux sujets de vivre heureux dans l’aisance, le commerce, et par le fait même le luxe, possède un autre avantage selon Voltaire : il apporte la liberté. + citation

* Le luxe favorise la créativité et l'innovation technique, il stimule les multiples secteurs d'activité qui peuvent conforter tout "consommateur" dans le sentiment qu'il jouit d'une certaine aisance et d'un certain goût

LeXVIIIème siècle correspond à la naissance du capitalisme et a laissé place à la première révolution industrielle. Ce siècle a connu le développement des échanges et a par conséquent assisté à la naissance du luxe, un luxe superflu parfois qualifié de nécessaire.

 II : Le luxe, une nécessité controversée 
Le luxe est donc associé au superflu, à tout ce qui est « en trop ». La première partie...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • peut on aprendre a pensée ?
  • L'art sert-il à quelque chose?
  • L'art sert-il à quelque chose?
  • le luxe est il superflu?
  • L'art a-t-il quelque chose à nous apprendre ?
  • Dans quelle mesure des taux d'intérêts faible sont-ils nécessaire à la croissance
  • Peut-on réduire l'art à la technique
  • Chose nécessaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !