Le travail est-il toujours sou rce d'aliénation ?

Pages: 6 (1309 mots) Publié le: 26 mai 2013
Le travail (du latin tripaliare, « tourmenter avec un tripalium (instrument de torture ) ») désigne l’action que l’homme entreprend afin de transformer la nature pour l’adapter efficacement à ses besoins. La réflexion philosophique interroge la dimension humanisante du travail, comme expression de la culture, mais aussi sa dimension aliénante. En effet, le travail a également le sens d’unemalédiction (c’est selon la Bible la punition infligée par Dieu à Adam, suite au péché originel) et celui d’une nécessité mettant fin à un âge d’or pour les grecs antiques.
On peut se demander si l’aliénation que l’homme rencontre dans le travail est essentielle et irrémédiable, ou bien s’il ne s’agit que d’effets pervers pouvant être évités ?
Travailler, c’est aménager la nature pour qu’ellesubvienne aux besoins de l’homme, ce que font certains animaux. Mais l’action de travailler prend chez l’homme une forme spécifique, comme le souligne MarX : L’homme, contrairement à l’animal, utilise sa conscience . Son travail n’est pas immédiat, il est dicté par la pensée. Ainsi Aristote montre que  la main est la marque de l’intelligence de l’homme, parce qu’elle est « capable de tout saisir et detout tenir ». Le travail est donc ce sens une spécificité humaine. De plus Il faut distinguer le savoir-faire de la pure force de travail. Si le travail est cette confrontation de l’homme avec la nature qui réclame du premier à la fois réflexion et habileté, l’homme se crée par le travail. En modifiant son milieu, il se modifie lui-même. Il puise dans ses capacités physiques et intellectuelles(conscience, volonté, imagination) : Le travail l’élève, l’humanise en effet Si l’homme ne travaillait pas, il resterait au stade animal (par exemple, Robinson Crusoé, le personnage de Michel Tournier, se force à travailler pour ne pas régresser au rang de bête sauvage).
En outre, le travail semble libérer l’homme en l’affranchissant progressivement de la nécessité et en lui dégageant du tempslibre : l’homme peut s’épanouir quand ses besoins sont pourvus. L’homme peut donc enfin se consacrer à des loisirs : Hegel pense que le travail permet à l’homme de ne plus être dans un rapport immédiat aux choses, comme l’est l’animal. Son rapport aux choses et à la nature est ainsi médiatisé par le travail. Il devient indirect et pensé.
Tout cela tend à montrer que le travail hisse l’hommeau-dessus de la condition animale.
Mais encore faut-il que ce travail soit celui de l’artisan qui conçoit le geste et l’outil de de son action sur la nature ce qui ne sera pas le cas avec la révolution industrielle qui impose la division technique du travail : Le développement du machinisme au 18eme siècle va considérablement changer la situation des travailleurs. L’aliénation de l’homme par letravail commence alors. La machine-outil fait le travail qualifié mieux et plus vite que l’ouvrier et elle ne lui laisse que la part de travail la plus inintéressante et la moins qualifiée. Chaque ouvrier est alors condamné à répéter la même opération des centaines ou des milliers de fois par jour. Cette division permet non pas d’acheter ou de vendre un savoir-faire, mais devient une simple force detravail. Cela engendre une dégradation des conditions de travail au 19eme siècle, dénoncée par des intellectuels comme Marx ou Zola. L’ouvrier ne peut plus s’humaniser, ni dans son travail ni ailleurs (son salaire ne lui permet pas de véritables loisirs, mais juste d’entretenir sa force de travail pour pouvoir encore travailler.) C’est la machine qui dicte et impose son rythme et son geste autravailleur, lequel devient alors un élément anonyme et substituable d’un système déterminé par les lois du rendement. Réduit au rang d’animal (l’ouvrier ne doit plus penser pour rendre ses gestes plus efficaces), le travail est aliéné au sens que l’ouvrier, dépossédé de lui-même, de ses facultés spécifiques qui ne peuvent plus s’exprimer, l’est aussi de son travail, qui devient le bien d’un...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Travail source d'aliénation et de liberation
  • Les femmes ont toujours travaillé
  • Le travail est-il toujours un facteur d'intégration
  • L'organisation du travail est-elle toujours tayloriste
  • Le futur du travail : toujours plus de servitude
  • Le travail occupe t-il toujours une place centrale dans la société française ?
  • Peut-on toujours faire la différence entre travail et divertissement
  • L'etat des sou

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !