Le travail et le bonheur

Pages: 7 (1571 mots) Publié le: 5 mars 2011
« Faut-il travailler pour être heureux? »

Les notions de travail et de bonheur n’ont jamais été très éloignées l’une de l’autre. Grace à la notion de succès, un lien peut être établi entre ces deux termes, dans la mesure où le travail peut conduire au bonheur, ou bien inversement que le bonheur peut être le résultat d’un travail qui l’aurait mérité.
Or, le bonheur est-il vraiment lerésultat final du travail? Dans cette optique-là, la disparition du travail signifierait-elle un bonheur inconditionnel des humains? Ces questions ont été adressées tout au long de l’histoire, et de manière plus ou moins machiavélique.

Longtemps a été soutenue la thèse que le travail est un obstacle au bonheur pour l’homme. Ceci se voit tout d’abord au niveau des mythes et des textes religieux.Prenons le « Livre de la Genèse » de la Bible : Dieu défend à Adam et Ève de manger le fruit interdit de l’arbre au centre du Jardin d’Éden. La réaction de Dieu quand ils le feront est sévère.
3:16 Il dit à la femme: J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. 3:17 Il dit à l’homme: […] le sol seramaudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, 3:18 il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs. 3:19 C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris […].
Selon ce texte biblique, l’origine du travail aurait été en effet une punition àl’homme pour avoir osé défier Dieu en commettant le premier pécher. De la même façon, la femme ne connait les douleurs de l’enfantement, elles-mêmes appelées « travail » dans le domaine médical, qu’en punition. Ainsi, le travail représente la conséquence de la chute de l’homme du Paradis originel.
Cette vision mythique qui associe le travail à la douleur se retrouve dans « l’Eldorado », ou bien « l’Aged’or » : ils accusent le travail d’être l’élément fondateur du malheur humain. Ce n’est alors pas étonnant si le mot « travail » connote également la peine, la souffrance et même la douleur : le mot travail trouve son étymologie dans le mot latin « tripalium » désignant un instrument de torture utilisé pour punir des esclaves rebelles. Les latins utilisaient le mot « labor » pour designer ce qu’onappelle aujourd’hui le travail : ce même mot a donné « labeur », une appellation du travail non sans une connotation de souffrance.

Est-il alors étonnant que les hommes associent le travail à une corvée, une souffrance, une obligation pour obtenir le moindre minimum vital?

Les philosophes grecs et romains ont adressé ces mêmes idées dans le cadre de l’homme, et sa liberté dans la société.Aristote a écrit dans son ouvrage Politique : «  Si donc il était possible à chaque instrument parce qu’il en aurait reçu l’ordre ou par simple pressentiment de mener à bien son œuvre propre, […] alors les ingénieurs n’auraient pas besoin d’exécutants ni les maîtres d’esclaves. » Il déplore le fait que les hommes aient à travailler pour obtenir ce dont ils ont besoin ou envie. Il sous-entend quesi l’homme pouvait s’en passer, il ne travaillerait pas : d’où son explication de l’esclavage qui n’est, selon lui, qu’une conséquence de la répulsion des corvées que sont la transformation de la nature.
Hérodote a tenu compte dans ses ouvrages d’histoire du mépris que les Grecs montraient envers les Égyptiens. Ils auraient pour cause le fait que « La plupart des barbares [sont] ceux quiapprennent les arts mécaniques » d’où le fait qu’ils «  sont regardés comme les derniers des citoyens. » Effectivement, à Athènes, les véritables citoyens devaient être libres de tout leur temps pour veiller aux intérêts de la République, chargeant les esclaves de tout travail au sens matériel du terme. De même, les citoyens Romains vivaient de droit aux dépens de Trésor, sans être contraint à...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Bonheur et travail
  • Le bonheur au travail
  • Je suis l’acteur principal de mon bonheur au travail
  • le travail est il source de bonheur ?
  • Bonheur, travail et sociologie
  • LE TRAVAIL NE FAIT PAS LE BONHEUR MAIS IL Y CONTRIBUE
  • Dissertation travail-bonheur
  • Le travail ne fait pas le bonheur mais il y contribue

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !