Les arawaks

Pages: 19 (4565 mots) Publié le: 1 juillet 2012
LES ARAWAKS

1.

D’Amérique du Sud aux Caraïbes

Les premières traces des Arawaks remontent au 3ème siècle d’après « L’Atlas des Civilisations Anciennes ». Ils ont migrés de l’Amérique du Sud vers les îles Antillaises les plus proches au début de l’ère chrétienne. La majorité d’entre eux sont originaire du Surinam et quelques uns de Guyana. A la fin du 15ème siècle, les Arawaks étaient peuà peu dispersés sur toutes les Grandes Antilles, au Bahamas, en Floride, et sur les contre forts des Andes.

Origines de leur nom « Arawak », « Arahuacos » en espagnol Dans la langue autrefois parlé sur l’île, Arawak signifierait « mangeur de farine de yucca ». Dans le vocabulaire scientifique, il sert à désigner une grande famille linguistique comportant de nombreuses ethnies disséminées danstoute l’Amazonie dont les Kali’na, les Caraïbes et les plus connues : Les Taïnos d’Hispaniola. Les Arawaks eux ce nomme « Loko », être humain, Lokono au pluriel.

Mangeurs d’hommes ? Les Taïnos des Petites Antilles étaient désignés comme « Caniba » ou tes e « Cariba », qui signifiait pro t probablement « homme fort », « homm guerrier » ou mme « homme terrible » d’après « A la découverte de nosancêtres ». près Les colonisateurs espagnol ont dérivé le mot en « canibal », re gnols , relativement à la possible anthropophagie rituelle pratiquée par ces peuples et donc pour gie les souligner le caractère terrif errifiant aux yeux des Européens mais aus pour nourrir s aussi la thèse de la décimation d’une partie des Arawaks par les cannib on nnibales. Le terme cannibale en est un dérivédirect. rivé Leur anthrop hropophagie est cependant controversée rsée D’après « Le Manioc » de Marin Wagda : Le Docteur Avarez Chanca examine z Ch les crânes des ancêtres co conservés pieusement par les Karibs et les voit bouillir s des têtes de lamantin pou se nourrir, il en conclut qu’ils sont c pour nt cannibales et la légende est lancée. De plus, la reine Isabelle d’Espagne avait interdit en 1503l’ar elle l’arrestation et la mise en détention des indi indiens ainsi que de leur faire du mal et d s’attaquer à l de leur possessions, exception fait pour les indiens appelés Canniba tion nibales. Ainsi le fait de déclarer les indiens can cannibales permettait aux colons de pouv les asservir pouvoir à l’esclavage. John rawaks : D’après le livre de Kim Johnson, The story of the Caribs and Araw « …Unprêtre français qui vécut vers 1720 au milieu des Caraïb déclara à ce raïbes sujet : Pourquoi ne trouve uve-t-on plus de cannibales aujourd’hui ? Je n’ai jamais hui observé d’indiens cannibale mangeurs d’hommes... » ibales, Les conquistadors débarquent ! Colomb vient bouleverser la vie des Arawaks en En 1492, Christophe Co débarquant sur l’île que le Arawaks appelaient Guanahani dan l’archipeldes e les dans Bahamas. Mais Colomb re b rebaptise l’île San Salvador, en l'honn onneur de Dieu et fidèle à la promesse qu'il a u'il avait faite à la reine Isabelle, d'aller p ler porter la parole divine par delà l'Océan.

Les Arawaks sont intrigués par les vêtements de ces étrangers, ils les observent avec beaucoup d'étonnement tout en les accueillant avec gentillesse. Colomb a d’ailleurs écrit: « Ils nous apportèrent des perroquets, des ballots de coton, des javelots et bien d'autres choses, qu'ils échangèrent contre des perles de verre et des grelots. Ils échangèrent de bon cœur tout ce qu'ils possédaient. Ils étaient bien bâtis, avec des corps harmonieux et des visages gracieux [...] Ils ne portent pas d'armes et ne les connaissent d'ailleurs pas, car lorsque je leur ai montré uneépée, ils la prirent par la lame et se coupèrent, par ignorance. Ils ne connaissent pas le fer. Leurs javelots sont faits de roseaux. Ils feraient de bons serviteurs. Avec cinquante hommes, on pourrait les asservir tous et leur faire faire tout ce que l'on veut. » Il est sous le charme de la beauté de cette terre et de la gentillesse de ses habitants. Mais plus que la beauté végétale de l’île,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !