Les bonnes en france au xixème siècle

Pages: 19 (4504 mots) Publié le: 12 novembre 2012
Un domestique, ou serviteur, travaille dans la demeure de son employeur. Les domestiques se distinguent des serfs ou esclaves des périodes historiques précédentes par le fait qu'ils reçoivent un traitement pour les tâches qu'ils accomplissent, ce qui se traduit par des émoluments ou un salaire régulier ainsi que l'accès à une protection sociale, par suite aux réformes du monde du travail obtenuesau XXe siècle. Ils sont également libres de quitter leur emploi lorsqu'ils le souhaitent, bien que souvent leur condition sociale est un frein à pour ce genre de décision.
Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les domestiques constituent une importante part de la population. Les statistiques d’époque présentent de nombreuses faiblesses, aussi est-il très difficile d’obtenir un chiffre précis dunombre de domestiques. Géographiquement, les plus fortes concentrations de gens de maison correspondent aux lieux les plus riches : on trouve la majorité des domestiques en ville, et particulièrement à Paris. En 1840, la capitale compte 38 500 ménages disposant d’au moins une bonne, et les gens de maison correspondent à 15% de la population parisienne.
En revanche, dans la majorité des ménagesbourgeois, le domestique est seul à partager la vie de la famille, et la bonne à tout faire est polyvalente, réalisant les tâches les plus dégradantes. Les bonnes travaillant chez la petite bourgeoisie n’ont pas de vie privée : pas de fiancé, et encore moins d’enfants.
Pour étudier le monde de la domesticité et ce qu’était une domestique dans tous ses aspects au XIXème siècle et début XXème,nous répondrons à la problématique suivante : Comment et sous quelles conditions deviens-t-on domestique au XIXème siècle ? Pour cela nous verrons, qui sont réellement les domestique à cette époque et ensuite comment vivaient t- ils quotidiennement.

Qui sont les domestiques au XIXème siècle ?

L’univers de la domesticité
On estime arbitrairement à 900 000 le nombre de domestiques entre 1850 et-1870, ce chiffre progresserait jusqu’à à 11 56 000 en 1881, soit 31 domestiques pour 1000 habitants, en 1896, on colore seulement 902 000 domestiques, 171000 hommes et 731 000 femmes, en 1901, 956000 soit 24 domestiques pour 1000 habitants. Les hommes qui représentaient 32,7 des domestiques en 1851, n’en représentent plus que 17% en 1901.

Ces chiffres montres l’importance considérable dufait domestiques car on estime généralement à 14,2 millions la population active en 1852, 14,8 en 1861, 14,6 en 1872, les domestique représenteraient 1/14 environs de la population active.

Les domestiques représentent une mise importante : on en compte 84 sur 1000 ménages en 1896, dans certain département le nombre est très élevée : 65% dans la Seine, 56%dabe les alpes maritimes ,41% en Seine etLoire ,37 % dans le calvados.
Le taux de possessions virerait fortement suivant la profession: les avocats, les médecins ont toutes une domestique. 94% des magistrats, 91% des offices ministériels, 71% des pharmaciens, 64% des architectes et les ingénieurs sont servis par des domestiques mais seulement 26% des rentiers et retraites et 12% des enseignants. Ces chiffres soulignent la hiérarchiesociale réelle de la bourgeoisie.

Les domestiques est un groupe très hétérogène. Tout en bas de la hiérarchie on trouve des domestiques ruraux, au début ce fut de petites bonne à tout faire, ont été placé tout jeunes dans les fermes comme vachère ou servante, se trouver aussi en bas de l’échelle la domesticité d’auberge et d’hôtel, les servantes de la salle qui vivent souvent fort mal et parfoistouchent à la prostitution, également les journalières, les laveuses de lessive qui n’ont qu’un emploi intermittant.

En haut de la hiérarchie on trouve des dames ou demoiselles de compagnie, les institutrices privée, les précepteurs, le gouvernement qui tiennent un intérieur et on n à parfois des femmes à la journée ou des domestiques sous leur ordres, les gouvernantes d ecclésiastique riches,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Albertini, la france du xixème siècle
  • L'instabilité de la france au xixème siècle
  • Les campagnes en france au xixème siècle
  • Voter en france au xixème siècle
  • La france au xixème siècle
  • L’alcoolisme en france au xixème siècle
  • Nouvelle se rapportant en france au xixème siècle
  • Le roman et le romantisme du xixème siècle (en france)

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !