Les femmes au 18e siècle

Pages: 55 (13685 mots) Publié le: 28 novembre 2010
LES ÉLITES FÉMININES AU HAUT MOYEN AGE HISTORIOGRAPHIE Sylvie Joye

Chercher à définir les « élites féminines » au haut Moyen Age pose bien des problèmes. Y aurait-il un groupe ou des groupes féminins au sein des élites ? Cette proposition semble difficile à soutenir. On pourrait parler de femmes des élites (elles partagent les prérogatives et les devoirs du groupe élitaire auquel ellesappartiennent, en tant qu’épouse bien souvent, mais aussi comme fille ou sœur d’un membre d’une élite), mais cette appellation n’est pas, elle non plus, totalement satisfaisante. Les femmes qui appartiennent aux différents groupes (hiérarchiques ou nationaux) composant les élites voient en effet leurs prérogatives et leur manière de jouir de ces prérogatives modifiées du fait de leur genre [sur l’aspectnon biologique mais socialement et culturellement construit du genre, se reporter à S. B. ORTNER, H. WHITEHEAD éd., Sexual Meanings : the Cultural Construction of Gender and Sexuality]. Elles sont même dotées de fonctions et de pouvoirs qui sont spécifiquement impliqués par leur genre, et on peut chercher à définir des réseaux qui correspondent bel et bien à des relations tissées spécifiquemententre femmes (essentiellement entre femmes qui appartiennent à un même groupe familial, mais qui du fait de leur(s) mariage(s) appartiennent à des élites nationales différentes). Dès lors, l’étude du rôle des femmes au sein des différents groupes composant les élites se justifie non seulement parce qu’elles sont des objets d’échange et des signes extérieurs de richesse pour les hommes de leursgroupes, mais aussi parce qu’elles peuvent mettre en œuvre (particulièrement dans des conditions exceptionnelles comme le veuvage, la régence…) de véritables stratégies propres aux élites féminines, bien qu’elles ne puissent les déployer que dans le cadre plus large des stratégies familiales. Les rapports entre femmes et pouvoir ont passionné depuis longtemps les historiens. La femme du très haut MoyenAge apparut longtemps dans l’historiographie parée de deux visages contradictoires. D’un côté, elle était l’éternelle mineure venue de la tradition romaine, qui ne prenait jamais directement part aux affaires publiques, si ce n’est par des moyens détournés ou au travers de jeux d’influence (on reconnaît là la perfidie féminine…), mais voyait ses droits privés, notamment ses propriétés, protégés.Diverses études menées sur la famille des empereurs julio-claudiens ont cherché à montrer comment les femmes avaient usé de leur influence au sein de la famille impériale et auraient installé un système de succession quasi matrilinéaire. Si la question des clientèles et des réseaux d’influence qui pouvaient être ceux des femmes de l’élite du haut Moyen Age est encore aujourd’hui digne d’intérêt etpourrait être approfondie davantage, une historiographie moralisante s’est souvent contentée de fustiger le caractère tortueux de la femme, qui n’est par nature pas faite pour le pouvoir. Elle ne voyait également dans les pratiques matrimoniales jugées surprenantes des nobles et des rois que le résultat de

leurs pulsions et de la lascivité des femmes de leur époque, ce qui stérilisait toutevelléité de déterminer d’éventuelles stratégies matrimoniales au sein de ces groupes élitaires1. Certaines sources narratives mettent effectivement en scène l’incapacité et la perfidie de la femme, mais une relecture critique de celles-ci permet de faire la part des propos qui relèvent de la propagande. Philippe Buc a bien montré que la façon dont Liutprand de Crémone évoque les femmes italiennesest révélatrice de son projet politique, qui est de remettre en cause la légitimité du pouvoir détenu par les élites italiennes [BUC, 1995]. L’image des élites féminines et sa déformation sont en elles-mêmes intéressantes en ce qu’elles sont une transposition des oppositions existant entre différents groupes au sein des élites. Ce sont des personnages féminins qui sont d’ailleurs utilisés de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les femmes au 18e
  • 18E siecle
  • Salons litteraire au 18e siecle
  • Theatre 18e siecle
  • La littérature française du 18e siècle
  • Contxte 18e siecle
  • Critique social au 18e siècle
  • Le roman au 18e siècle

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !