Les gargouilles sur les cathédrales gothiques européennes

Pages: 19 (4535 mots) Publié le: 11 juin 2011
Les gargouilles de la période médiévale font partie du fascinant monde de la sculpture gothique. Ce monde comprend aussi chimères et grotesques qui eux, n’ont aucune autre utilité que d’être esthétique, au contraire des gargouilles. Le présent travail vous informera tout d’abord sur l’emplacement, l’utilité, les matériaux et les techniques de fabrication. Nous discuterons aussi de leurorigine, leur évolution et les différents endroits en France où on peut en trouver. En un deuxième lieu, nous aborderons les différentes formes avec leur signification ainsi que les différentes hypothèses qui font de ces objets des sujets de controverse.

Qui sont-elles ?

Description :

Beaucoup de gargouilles peuplent les cathédrales gothiques d’Europe. En plus de nousregarder du haut de celles-ci, elles peuvent également se trouver sur les églises, les demeures et les hôtels de ville. Ce sont des avancées de pierres sculptées[1]. À l’extérieur de la cathédrale, elles se trouvent sur les angles et les arcs-boutants, à la chute des combles. Les formes varient énormément mais peuvent se classer en trois grandes catégories : les gargouilles animales,anthropomorphes ou fantastiques.

Les gargouilles remplissent deux fonctions importantes en architecture, elles sont esthétiques et utilitaires. Leur utilité est bien simple, il s’agit d’éloigner l’eau de pluie de la maçonnerie pour éviter d’abîmer le mortier. Ce sont, en fait, l’équivalent, en plus joli, des gouttières d’aujourd’hui. « Selon une définition classique, une gargouille est ‘undégorgeoir grotesque, représentant un animal ou une figure humaine venant en saillie de la gouttière d’un édifice (notamment dans l’architecture gothique), afin de rejeter les eaux de pluie à distance des murs’ (Oxford English Dictionnary)[2]. » Elles constituent tout un système de drainage essentiel à la cathédrale. « […] L’eau de pluie est canalisée le long d’une rigole creusée par derrière, pourressortir par la bouche ouverte de la créature[3]. » (voir figure 1) Pour les cathédrales pourvues d’arcs-boutants, on faisait un aqueduc le long de l’arc-boutant qui amenait la pluie par-dessus les bas-côtés et évitait de s’accumuler au triforium. (voir figure 2)

Les gargouilles ont été exploitées en plusieurs matériaux. La plupart sont en calcaire ou en marbre, mais il existe de raresexemples en métal, comme celle en plomb repoussé à la cathédrale de Reims exécutée après un incendie en 1481. Celles qui étaient en terre cuite n’ont pas survécues et l’on utilisait pas la brique. Le liais cliquart, calcaire du bassin de la Seine, est une matière ferme, tenace et résistante qui se prêtait très bien à la sculpture de ces longs morceaux de pierre[4]. Aujourd’hui, dans certains cas,on retrouve des tuyaux de fonte, rajoutés plus tard pour faciliter l’écoulement de l’eau. (voir figure 3)

Les sculpteurs devaient réaliser leur gargouille au sol ; on imagine mal le sculpteur, perché du haut de la cathédrale et laissant des bouts de pierre tomber sur les passants. Donc, logiquement, la taille des gargouilles ne se faisait pas in situ. Elles étaient habituellementsculptées au sol. Par contre, des détails supplémentaires pouvaient être ajoutés une fois la sculpture installée. « La partie visible de la gargouille ne représente qu’un fragment d’un massif bloc de pierre dont la fonction est de faire contre poids et de stabiliser la masse importante de pierre se prolongeant dans l’espace[5]. » L’artisan devait dégrossir le bloc de pierre avant d’affiner la formeau burin. Il ne se préoccupait pas des détails précis, il se concentrait plus à faire des formes larges, bien définies et des traits exagérément creusés, caricaturaux. On avait recours au treuil et à la poulie pour hisser les sculptures, pesant plusieurs centaines de kilos, en haut des cathédrales.

Les gargouilles sont exposées à de multiples facteurs qui causent leur dégradation....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les cathedrales gothiques
  • Art gothique, cathédrale de strasbourg
  • La gargouille – le bestiaire fantastique dans l’art gothique.
  • Une cathédrale gothique : saint-pierre de beauvais
  • La cathédrale de lausanne, entre roman et gothique
  • Gargouilles
  • Gothiques
  • Les cathédrales

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !