Les paysans et la politique 18151914

2587 mots 11 pages
Les paysans et la politique de 1815 à 1914
Introduction

Le 1er Empire est définitivement finit lors de l'ultime retour de Napoléon, qui se montre désastreux suite à la défaite de Waterloo le 18 juin 1815.
Pendant ce temps, la paysannerie de 1815 reste une population massive (85% de la population), sans aucuns droits de participation politique reconnus et de plus, n'ayant pas accès à l'instruction. Mais l'instabilité politique connue durant le XIXe siècle permet à cette population d'apprendre peu à peu le langage de la vie politique. De plus, après l'instauration du suffrage universel masculin, malgré une politisation lente au sein des campagnes, tous les partis politiques comprennent que le vote paysan pèse lourd. C'est pourquoi la paysannerie devient le centre d'intérêt des politiques, ce qui permit aux Républicains de paraître victorieux.
Comment évolue la vie politique des paysans de 1815 à 1914 ?
Nous aborderons ce sujet de manière chronologique, qui montrera très l'évolution du rapport paysans-politique tout au long du XIXe siècle. C'est pourquoi, dans un premier temps, nous démontrerons que de 1815 à 1852, ce rapport était inexistant jusqu'au droit de vote. Puis, nous montrerons que peu à peu, les paysans développent une conscience politique durant le 2nd Empire. Pour finir, nous expliquerons de quelle façon les Républicains se montrent victorieux au sein des campagnes.
Un rapport paysans-politique inexistant …Les paysans et la politique sous la Restauration …La Restauration marque la fin de l'émancipation paysanne à grande vitesse. C'est un période marquée par une lente amélioration des conditions de vie et une pression démographique qui se montre moins forte. Cette période commence à la fin de la chute du 1er Empire, le 6 avril 1814, lors de abdication de l'Empereur Napoléon, et durera jusqu'à la Révolution de 1830, appelée « les Trois Glorieuses ».
Sous la Restauration, le suffrage est appelé « censitaire », les paysans ne faisant pas partie du

en relation

  • origine du capitalisme
    60632 mots | 243 pages
  • Kouakou Omer
    122015 mots | 489 pages