Les philosophes et la vérité

Pages: 5 (1011 mots) Publié le: 14 juin 2011
es sens respectifs des mots grecs άληθής [(ές), (γνος)], aléthés, ès « vrai(e) » et Άλήθεια, Alétheia, « Vérité »1 sont demeurés constants pendant toute l'époque classique et associés au domaine de la logique, de la géométrie et des sciences déductives en général ; aussi bien Platon recourt à ces matières comme outil pédagogique pour illustrer sa théorie des Idées censées contenir toute véritéintelligible. Aristote, sur un registre très différent, développe la logique comme moyen d'investigation du discours, utile aussi dans l'investigation du réel en ce qu'il permet d'organiser les connaissances.
Ces concepts de « vrai » et de « vérité » ont aussi été associés, du côté de l'école de Milet2 et plus tard d' Aristote encore, aux sciences d'observation - plus exactement - car dans cecontexte il n'y a pas vraiment de méthode scientifique telle que nous la concevons depuis Galilée - aux premières tentatives d'étude des phénomènes naturels - les « météores » - et des êtres vivants ; Aristote ne perdait jamais une occasion d'aller observer les poissons du lagon de Pyrrha dans l'île de Lesbos3.
Dans les deux cas, le caractère binaire et normatif de ces notions ne fait pas mystère.Dans la Métaphysique, Aristote écrit : « dire que ce qui est n'est pas, ou que ce qui n'est pas est, est faux ; et dire que ce qui est, est, et que ce qui n'est pas n'est pas, est vrai » (IV, 7)4. Des énoncés similaires se retrouvent dans Platon, par exemple le Cratyle.
Dans le second livre de l' Organon, De l'Interprétation, Aristote analyse le langage et la formation des propositions logiques,c'est-à-dire les parties du discours susceptibles d'être vraies ou fausses, l'élément initial est bien la correspondance d'un énoncé avec un fait réel. Nous disons par exemple que l'énoncé « le chat est sur le tapis » est vrai parce que le chat est effectivement sur le tapis.
Aristote eut le mérite de mettre en forme de façon systématique des modes de raisonnement qui étaient souvent demeurés trèsvagues ou implicites chez ses devanciers5. La logique d'Aristote chercha d'abord à dégager les conditions nécessaires - évidemment non suffisantes - de la vérité, qui résident dans la forme. Ainsi, un énoncé tel que « le mur bleu est rouge » n'a besoin d'aucun référent extérieur pour être déclaré faux6. La logique fournit l'instrument de la pensée correcte, pas la matière7. En termes kantiens, elleest la condition formelle de la vérité, mais non pas matérielle 8
Aristote porte surtout son attention sur les syllogismes tels que « tout A est B », « quelque A est B », où le sujet A et le prédicat B remplacent des concepts ; « tout A est un B » signifie que le concept B est attribuable à tout objet auquel on peut attribuer le concept A9. Aristote était conscient que les syllogismes nepouvaient rendre compte de toutes les applications de la logique10,11 mais ils lui permettaient de poser des règles claires pour former la négation des énoncés, et aussi pour distinguer les rôles respectifs des universelles du genre « tout x est ceci » et des singulières du genre « y est cela »12.
L'école de Mégare[modifier]
Les mégariques et les stoïciens ont analysé méthodiquement la logique desconnexions du langage courant telles que « et », « ou » et la négation des énoncés. Philon de Mégare étend la portée du conditionnel13. Dans sa version P→Q est fausse lorsque P est vraie et Q fausse, et est vraie autrement, sans que le locuteur n'aie à se préoccuper de rechercher des liaisons causales ou des connotations psychologiques ; ainsi des propositions apparemment aussi ridicules que « si leGroënland est en sucre candi, alors Charlemagne est le plus grand écrivain du moyen âge » sont vraies14. Ce genre de considération a son importance pour l'utilisation des connecteurs logiques en toute généralité, car les règles s'appliquent même si l'on ne sait pas si les termes sont vrais. Cette élimination des connotations psychologiques de la relation d'implication était un grand progrès, mais...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le philosophe
  • Le philosophe
  • Philosophes
  • La philosoph
  • Philosophe
  • Philosophes
  • Les philosophes
  • Philosophe

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !