LES TROUBLES D'APPRENTISSAGE DE LA LECTURE ET DE L'ECRITURE

Pages: 35 (8521 mots) Publié le: 4 juillet 2014
COMPTE RENDU DE L’OUVRAGE DE STANISLAS DEHAENE,
LES NEURONES DE LA LECTURE, introd. Jean-Pierre Changeux,
Ed. Odile Jacob, 2007
Sylvie Ferrando
Octobre 2007
L’ouvrage de Stanislas Dehaene (dorénavant SD), titulaire de la chaire de psychologie cognitive
et expérimentale au Collège de France et membre de l’Académie des sciences, propose ici
d’aborder le processus de lecture sous l’angle desneurosciences. Une telle approche, qui s’appuie
sur les plus récentes techniques d’imagerie médicale, permet d’éclairer d’un jour nouveau cette
acitivité propre à l’homme, que la plupart des adultes accomplissent le plus naturellement du
monde, et dont l’apprentissage est crucial.
La préface de Jean-Pierre Changeux inscrit la démarche de SD dans la droite ligne de
“l’homme neuronal”, quiétudie le cerveau de l’homme par l’observation des circuits neuronaux.
C’est dans les vingt dernières années, nous dit SD dans son introduction, qu’est née une
véritable science de la lecture, susceptible de déboucher sur une neuroscience de l’éducation, à la
frontière entre la psychologie et la médecine. En effet, rares sont les chercheurs en sciences
sociales qui aujourd’hui ont les connaissancesnécessaires pour pouvoir appliquer ce programme.
La plupart adhèrent à un modèle implicite du cerveau qui est celui de la plasticité généralisée et
du relativisme culturel. Or “notre cerveau n’est pas une table rase où s’accumulent des
constructions culturelles, c’est un organe fortement structuré qui fait du neuf avec du vieux. Pour
apprendre de nouvelles compétences, nous recyclons nosanciens circuits cérébraux de primates –
dans la mesure où ceux-ci tolèrent un minimum de changement.”
Si nos gênes n’ont pas évolué pour nous permettre d’apprendre à lire, c’est l’écriture qui a évolué
afin de tenir compte des contraintes de notre cerveau. Une question demeure : pourquoi l’espèce
humaine est-elle la seule, parmi les primates, à avoir inventé des symboles parlés ou écrits ?
Deuxconcepts récents, celui de “théorie de l’esprit” –c’est-à-dire la capacité d’imaginer ce que
pensent nos congénères- et celui d’”espace de travail conscient” –un réseau neuronal où les idées
se recombinent en synthèses nouvelles- pourraient contribuer à cerner la singularité culturelle de
l’esprit humain au sein de l’évolution biologique des espèces. En effet, la lecture est une
inventionculturelle récente.
Dans le chapitre 1er, SD détaille les mécanismes de la lecture. Tout lecteur dispose d’un
capteur, l’oeil et sa rétine. Seule la région centrale de la rétine, la fovea, est riche en cellules
photoréceptrices de très haute résolution, les cônes. Cette région, qui occupe environ 15 degrés
du champ visuel, est la seule à capter les lettres avec suffisamment de précision pourpermettre de
les reconnaître. Si cette région rétinienne est détruite, la lecture est impossible. L’étroitesse de
cette region explique également pourquoi nous bougeons incessamment les yeux au cours de la
lecture. Mais, même au sein de la fovea, l’information visuelle n’a pas la même précision :
maximale au centre, cette précision diminue vers la périphérie. C’est pourquoi la taille descaractères, sous réserve qu’elle n’excède pas un certain seuil, n’influe pas sur la facilité ou
difficulté de reconnaissance des lettres.
Nous n’identifions vraiment que de dix à douze lettres par saccade : trois ou quatre lettres à
gauche du centre du regard, et sept ou huit lettres à droiite. Au-delà de cette zone, appelée empan

de perception visuelle des lettres, nous ne sommes plus sensibles àl’identité des lettres, mais
seulement à la présence des espaces qui délimitent le mot suivant : en nous fournissant des
indices de longueur, ces espaces nous permettent de préparer la prochaine saccade afin que le
regard atterrisse assez près du centre du prochain mot. De plus, notre fenêtre de perception d’une
ligne de mot est asymétrique: chez les lecteurs du français, la perception des...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les troubles d'apprentissage
  • Trouble d'apprentissage
  • Troubles d'apprentissages et préventions
  • Fiche de lecture l’écriture ou la vie
  • Apprentissage de la lecture et de l'écriture
  • L'écriture ou la vie lecture analytique
  • troubles affectiffs en famille et niveau d'attention de l'enfant en situation d'apprentissage
  • Les problèmes de conduite et les troubles du comportement chez l’adolescent en situation d’apprentissage

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !