les2coqs argumentation

1520 mots 7 pages
Anna Margerin 2°17
Argumentation sur Les deux coqs, La Fontaine
I. Présentation :
Sous le règne de Louis XIV, Jean de La Fontaine met en place à travers ses fables une critique de la société. Une de ses fables « Les deux Coqs » est extraite du livre VII des Fables de La Fontaine, recueil publié entre 1668 et 1694.
Le récit met en scène deux coqs qui se livrent combat pour une poule. Le vainqueur crie sa victoire sur tous les toits et se fait attraper par un vautour. Le vaincu revient finalement près de la poule et gagne l’admiration de toutes les autres poules. Cette fable met en scène des animaux sur un mode burlesque pour dénoncer une morale plus profonde.
« Les deux coqs » de La Fontaine est une réécriture métaphorique et comique de la guerre de Troie écrite par Homère dans l’Ilyade.
Les fables appartiennent au sous genre de l’apologue, court récit illustrant une morale. Ici, il répond à deux objectifs : plaire et délivrer un message.
On va tout d’abord aborder l’art du récit puis la question du récit allégorique particulier à la fable et pour terminer, la morale.
II. Développement :
A- Art du récit :
La Fontaine a écrit « Les deux coqs » de façon concise et brève c’est-à-dire en 32 vers.
En effet, la situation initiale est très courte et ne se concentre que dans le premier vers : « Deux coqs vivaient en paix ». L’élément perturbateur suit « une poule survint ». L’enchaînement est très rapide. On remarque alors le passage de l’imparfait de durée au passé simple d’action : « vivaient » « survint » qui impose un rythme et marque une rupture brutale entre la paix et la guerre.
Dans le vers suivant « Et voilà, la guerre allumée », « Et voilà » est une tournure orale qui permet d'accélérer le récit et de passer directement aux conséquences. De plus le passage d’un vers long (vers 1) et d’un vers court (vers 2) a un effet de chute et d’accélération du récit. Ce vers court met l’accent sur les conséquences de la survenance de la poule : la guerre

en relation