lilwayne9

Pages: 2 (268 mots) Publié le: 7 janvier 2014
Introduction :

L’illusion comique a été écrite en 1635 par Pierre Corneille, écrivain du XVIIème siècle , Cette piece connaît un grand succès à cette époque Cette pièce est àla rencontre de plusieurs genres théâtraux Corneille le dans le prologue : «Le premier acte n’est qu’un prologue, les trois suivants font une comédie imparfaite, le dernier estune tragédie, et tout cela cousu ensemble fait une comédie» En réalité, cette pièce relève plus de la tragi-comédie  Champs lexical de l'obscurité _ "sombre", "ombre", "éclatdouteux", "le voile épais" __ METAPHORE (idée d'un lieu qu'on ne peut pas voir).
"n ouvrant son voile qu aux rayons...", "n admet en ces lieux sombres que ce qu en peutsouffrir" = TOURNURE RESTRICTIVE.
Cela montre que l'obscurité a plus de poids que la lumière.

b. lieu inquiétant

"funeste" = qui cause la mort, le malheur.
"lecommerce des ombres" = commerce des esprits, etc...
(V.12) "sur un peu de poussière, étalent mile morts" = hyperbole
(V.11) Bords et rempart, donnent une impression de frontière.(V.9) "cette large bouche" = métaphore _ coté monstrueux __ REGISTRE FANTASTIQUE _ "mur invisible".
(V.7) "n avancez pas" = injonction, ordre...
__ "Il perd quil'importune, ainsi que qui l'offense"
1 2 3 4 5 6 1 2 3 4 5 6 == PARALLÉLISME
Le parallélisme de la syntaxe donne une l’impression d'unelois. Cela semble être une mise en garde sérieuse. Le mage semble avoir une vie stricte.

c. La grotte une métaphore du théatre

"voile invisible" = rideauxde théatre
"mur invisible" = scène séparée du public
"la nuit" "faux jour" = les lumières du théatre

Dans cette scène d'exposition, Corneille nous dévoile un lie
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !