Lkll

Pages: 6 (1356 mots) Publié le: 7 octobre 2012
S U J E T

2

GUADELOUPE, GUYANE, MARTINIQUE SÉRIE COLLÈGE • SEPTEMBRE 2005

Ernest Pépin
Poésie utres thèmes Brevets blancs Autres genres Théâtre

Coulée d’or Gallimard, collection « Page Blanche », 1999
Dans Coulée d’or, Ernest Pépin, écrivain guadeloupéen, décrit l’univers d’un enfant de la Guadeoupe.

5

10

15

20

25

Je me ris de la tempête car le souffle de ma mèreest plus fort que tous les vents contraires. Alors, ne la regardez pas comme ça ! Vous ne verrez qu’une mère comme les autres ! Moi seul connais… Sa main sur mon visage. Sa voix dans mes oreilles. Son cœur immense. Un fluide mystérieux nous relie même dans le silence. Et ce sont des éclairs de bonté, des savanes de patience, des oasis d’amour. À cause de ma mère j’ai appris à aimer toutes les mèresde la création et à vénérer toutes les femmes de la terre. Petit oiseau auquel elle donne la becquée, poussin enfoui sous ses ailes, petit poisson sous son sillage, je me métamorphose au gré de l’énergie de ses sentiments. J’habite la cascade de ses rires. J’habite la forêt de ses paroles. J’habite les profondeurs de ses silences. J’habite le cyclone de ses contrariétés et de ses peines. Ellem’emmenait partout. Je marchais à côté d’elle, m’efforçant de garder le même pas sans me plaindre d’une quelconque lassitude. Je la suivais sur les routes empierrées de Castel, dans les rues de Pointe-à-Pitre. Un jour je la perdis. Voici le comment. Elle portait une jupe rouge et nous circulions dans la cohue de la halle aux viandes. Si beaucoup de bouchers étaient des hommes, ils avaient pourpratiques1une nuée de femmes. Elle allait, virevoltant par-ci, marchandant par-là. Je la suivais, agrippé à sa jupe, remorqué par ses pas. Soudain une bousculade nous dessouda. Je pris courir et ayant repéré une jupe rouge je me ressoudai à elle. Je continuais à me laisser entraîner lorsque la jupe effectua un demi-tour agacé. Le visage d’une femme inconnue me considéra avec surprise. – Qui es-tu ? –Ernest…

© Hatier 2007

Autobiographie

AUTOBIOGRAPHIE • SUJET

2

30

35

40

45

50

– Et pourquoi tires-tu ma jupe ? – Je n’ai pas tiré ta jupe, hon ! – Comment ? Je suis une menteuse alors ? – Je n’ai pas dit ça, madame ! – Où est ta maman ? – Je ne sais pas, madame ! – Comment tu ne sais pas ? J’éclatai en un pleurer hoquetant. Un attroupement nous encercla. La pauvre femmerépétait : – I pèd manman a-y2 ! Ce fut bientôt l’affaire de tous. Les commentaires bouillonnaient. Les questions fusaient. – Mézanmi gadé jan chaben la ka pléré 3 ! – I lèd kon kochon siam4 ! – Fanm aprézan pa ka pwan pon pwékosyon èvè ayen5 – Ou pé di mwen on manman ka pèd ti moun a-y6 – Comment elle est ta maman ? Quelle est sa couleur ? Comment s’appelle-t-elle ? – Où habites-tu ? De temps entemps, je lâchais un maigre morceau de réponse dans une mare de pleurer. Je m’étais trompé de jupe. Ma mère réapparut sous les regards plus ou moins réprobateurs des badauds. Elle remercia la dame, me happa et nous repartîmes emportant avec nous le silence des grandes émotions. J’ai retenu de cet incident que ne pas avoir de maman c’est tomber dans un trou noir sans fond.
1. Pratiques : clienteshabituelles. 2. Il a perdu sa mère ! 3. Oh ! Regardez comme il pleure ce chabin ! (enfant à la peau claire). 4. Il est aussi laid qu’un cochon de Siam ! (variété de cochon presque albinos). 5. Les femmes d’aujourd’hui n’attachent d’importance à rien ! 6. Ce n’est pas possible qu’une mère perde son enfant.

s Questions (15 points)
I. LE RÉCIT 8 POINTS

m 1. a) Qui est le narrateur ? Sur quelindice vous appuyez-vous pour l’affirmer ? (1 point) b) Qu’en déduisez-vous sur le genre auquel appartient ce récit ? (0,5 point)
© Hatier 2007

m 2. a) S’agit-il toujours d’un récit dans les lignes 4 à 6 ? Pourquoi ? (0,5 point) b) Quels sentiments ces lignes traduisent-elles ? (0,5 point) c) Quel est le procédé d’écriture utilisé dans les lignes 12 à 14 ? Quel effet ce procédé produit-il ?...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !