maroc

Pages: 28 (6956 mots) Publié le: 5 janvier 2015





L. B. ALBERTI OU LE DOUBLE DISCOURS D’UN HUMANISTE SUR L’ART



Écrivain, poète, architecte, auteur de traités sur le droit, la famille, l’architecture, la sculpture, L.B. Alberti est l’auteur d’une œuvre d’une diversité immense. Durant ses années de formation, Alberti a côtoyé des humanistes aussi célèbres que Flavio Biondo, Francesco Barbaro, Francesco Filelfo, AntonioPanormita... Peut-être étudia-t-il le droit civil et le droit canon à Bologne entre 1415 et 14201. Il séjourna à Rome de 1428 à 1432 où il se rapprocha des humanistes employés à la curie d'Eugène IV et suivit le pontife dans son exil à Florence à partir de 14342.
Alberti découvre à Florence une floraison de talents qui méritaient une renommée égale à ceux de l’Antiquité : Brunelleschi, Donatello,Ghiberti, ceux-là même qui ouvrent la deuxième période dans les Vite de Vasari. La coupole élevée par Brunelleschi, « assez large pour couvrir tous les peuples toscans », est le symbole de cette science inventée sans maître et sans aucun exemple. Alberti en retire le sentiment d’une bipolarité de l’histoire des arts partagée entre l’Antiquité exemplaire et le monde contemporain, cette Florencede 1435 où reparaît la force créatrice grâce à la valeur de ses artistes. Pour Alberti, ce renouveau de la création, dont il constate les fruits à Florence, ne peut être garanti que par un retour aux sources direct de l’Antiquité Romaine.
Le De Pictura, plus que tout autre écrit sur l’art, vise à légitimer l’inscription de la peinture dans le registre des arts libéraux3 : le peintre ne seraplus artisan mais artiste. Signe d’un statut en plein devenir (il faudra attendre le milieu du XVIe siècle pour que naisse la première académie de peinture), l’ « art » de l’homme de l’art renvoie beaucoup moins à un champ esthétique autonome qu’à une production, une poïétique. Alberti invite le peintre à être aussi un lettré. Ce n’est donc pas la peinture qui permettra au peintre de s’éleverintellectuellement et socialement, mais la pratique libérale de la peinture : le De pictura se veut, dans une perspective totalement novatrice, aussi un instrument de distinction entre le peintre-artisan et le peintre-artiste.
Si le De pictura est à part, c’est qu’il se fonde sur un contact personnel avec la peinture de la part d’un praticien formé dans le cadre des savoirs humanistes. Doté d’unesolide formation humaniste, Alberti est aussi un peintre. Une question se pose : une certaine expérience pratique du dessin et de la peinture devait-elle faire partie d’une culture humaniste ? Aristote prônait l’enseignement du dessin pour que l’élève s’habitue à contempler la beauté des corps. Pier Paolo Vergerio4 dès 1404, formule une autorisation de


1 Cf. L.B. Alberti,L’Art d’édifier, texte traduit, présenté et annoté par P. Caye et F. Choay, Paris, 2004.
2 DBI, I, 702-713.
3 Leon Battista Alberti, La Peinture, édition, traduction et commentaire de T. Golsenne et B. Prévost, revue




principe pour les humanistes qui auraient souhaité pratiquer le dessin, voire, le faire enseigner dans une école. Or, pour un humaniste, tout art pouvait, par définition, êtreenseigné par des préceptes. Chez Alberti lui-même, au livre II du De pictura, est évoquée la question de la formation des âmes bien nées à la peinture :


[…] On exposait dans les théâtres, parmi les premières prises de guerre rapportées des provinces, des tableaux et des statues. Les choses en arrivèrent au point où Paul-Emile et de nombreux autres citoyens romains firent apprendre à leursenfants la peinture parmi les disciplines libérales du vivre bien et heureux. Excellente coutume que les Grecs observaient avec tant de soin que les jeunes gens bien nés ayant reçu une éducation libérale n’étaient pas seulement instruits en grammaire, en géométrie et en musique, mais aussi dans l’art de peindre5.

Si le livre I constitue le texte le plus précoce sur la perspective picturale...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Maroc
  • Au maroc
  • Maroc
  • Maroc
  • Le maroc
  • Maroc
  • Maroc
  • Maroc

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !