Melanie Klein

7176 mots 29 pages
Klein :

Pour étudier le groupe il faut aussi étudier le comportement individuel. de manière naturelle on revient aux étapes les plus précoces.
Evolution dans la manière de pensée la vie psychique de l’enfant.
Avant Freud : l’enfance était une période de bonheur. parfait
Apres Freud : on s’est penché sur la complexité de la vie psychique de l’enfant. L’enfant est une personne.

C’est ne pratiquant la technique du jeu qu’elle a pu proposer des théorie. technique du jeu a montré qu’il y a un psychisme infantil précoce. transfert : on utilise le psychanalyste pour pouvoir réactiver des expériences du passé.
Grace au transfert dans la technique du jeu elle a découvert que la vie psychique de l’enfant
(et après celle de l’adulte) est influencée par des fantasmes et émotions inconscients précoces. hypothèse : les fantasmes précoces ont une influence sur la vie adulte.

hypothèse : le nouveau né vit une angoisse de nature persécutive à la naissance et au cours de son adaptation post natale. pourquoi une angoisse persécutive ? le bébé à ce moment n’a pas la possibilité d’intellectualiser il chose, il ne peut pas expliquer la réalité comme l’adulte l’explique donc le bébé explique la réalité avec ses propres théories : quand les choses sont bonnes elle viennent de forces bienfaisantes et quand c’est mauvais, de forces malfaisantes.
La première relation d’amour du bébé à un objet est à sa mère.
Inconsciemment il ressent tout malaise comme venant des forces hostiles, et la bien être des forces bienfaisantes.
Le bébé a une connaissance innée et inconsciente de l’existence de sa mère (car il reconnait son odeur, son sein etc). voir objet partiel (sein de la mère avec bon et mauvais objet) puis l’objet total, l enfant comprend qu’il y a le bon et le mauvais de la même personne. hypothèse : ces expe bonne ou mauvaise vont jouer au niveau de la relation avec l’objet.

si il fait plus d expe mauvaise il aura une qualité relationnelle mauvaise.
Des le

en relation

  • Melanie Klein
    373 mots | 2 pages
  • La théorie de Mélanie Klein
    908 mots | 4 pages
  • Melanie klein théorie
    2079 mots | 9 pages
  • Melanie klein cas de peter
    1337 mots | 6 pages
  • Le cas Dick de Mélanie Klein
    6030 mots | 25 pages
  • Mélanie klein, essais de la psychanalyse, 1947
    440 mots | 2 pages
  • Fiche de lecture melanie klein : l’amour et la haine
    1453 mots | 6 pages
  • Processus de sevrage mélanie klein (chapitre vii, "en observant le comportement des nourrissons", 1966)
    762 mots | 4 pages
  • Psychanlyse d'enfants klein
    1883 mots | 8 pages
  • L'amour et la haine de malanie klein
    2241 mots | 9 pages