Moi, je veux apprendre quelque chose de nouveau

Pages: 5 (1178 mots) Publié le: 6 mars 2011
Parcours FLE (2006/2007)

3. Méthodologie de l'enseignement de la prononciation 3.1. les règles d’orthoépie

Dans un manuel d'orthoépie on trouve un ensemble de règles qui déterminent la bonne prononciation d'une langue. L'orthoépie suppose l'existence d'une norme de prononciation. Les règles de prononciation sont définies par rapport aux signes écrits et elles énoncent des lois phonétiques.Mais en se référant à l'aspect écrit de la langue, elles en négligent l'aspect prosodique. Dans l'enseignement traditionnel du F.L.E. on faisait beaucoup plus directement appel à l'orthoépie que dans l'enseignement actuel. On était tout d'abord beaucoup plus attentif à la norme et en choisissant d'expliciter, il fallait donner des règles. Par contre la méthodologie implicite d'aujourd'hui faitfonctionner le langage et peut montrer ainsi des habitudes. Il ne faut donc pas que la correction phonétique (l'orthophonie) se réduise uniquement à l'orthoépie. Le fait de prononcer la voyelle finale du mot " épais " avec un [e] ou un [E] n'empêche pas un anglophone de diphtonguer. Les règles d'orthoépie sont donc inopérantes et surtout inutiles pour les étudiants débutants voire moyens, mais ilfaut y avoir recours avec les étudiants qui maîtrisent déjà en grande partie le système oral et écrit de la langue. Dans un premier temps, il apparaît nécessaire de présenter un système phonique comme figé et possédant des règles orthoépiques rigides qui ne rendent pas réellement compte des différentes variations (d'ordre individuel, régional, situationnel..). Les règles de prononciation sontindispensables pour l'apprentissage d'un phonétisme nouveau. Autant en langue maternelle, il est naturel de prononcer tel son ou tel mot, autant en langue étrangère cela relève de la connaissance et d'un apprentissage de type réflexif.

1

J. Clarenc

Parcours FLE (2006/2007)

3.2. les contraintes de réalisation des voyelles à double timbre : /E/ , /œ/ et /O/. priorité pour l’acquisition: - lacontrainte distributionnelle (place et nature de la syllabe, entourage consonantique) - la contrainte étymologique - la contrainte sémantique la structure de la syllabe en français : deux sortes de syllabes : - les syllabes ouvertes : ce sont des syllabes terminées par une voyelle. déménager [de me na 'Ze ] 4 syllabes ouvertes

- les syllabes fermées : ce sont des syllabes terminées par uneconsonne. partir [ paR 'tiR ] 2 syllabes fermées

la position de la syllabe
- deux positions :

position forte pour les syllabes accentuées position faible pour les syllabes inaccentuées

- trois sortes de syllabes :

- les syllabes accentuées ( A ) - les syllabes inaccentuées accentuables ( B ) : placées à la fin d'un mot et qui peuvent porter l'accent dans d'autres unités rythmiques .

2J. Clarenc

Parcours FLE (2006/2007)

- les syllabes inaccentuées inaccentuables ( C ) : non finales de mot et qui ne peuvent jamais porter l'accent rythmique . exemple:

tu pleures (A) tu pleures pas ( B ) faut pas pleurer ( C )
elle rêve B A faites vite B A une affaire B C A il fait beau B B A

[ty'pl”R ] [typl”R'pa ] [fopapl”'Re ] arrêtez-les CCB A quelquefois C C A nous rêvons B CA viens voir B A

Les voyelles en syllabes accentuées et les voyelles en syllabes inaccentuées accentuables, donc les voyelles qui se trouvent dans la dernière syllabe du mot auront les mêmes contraintes au niveau du timbre de la voyelle. Par contre, au niveau de la durée vocalique, chacune de ces trois positions entraîne une réglementation différenciée de la prononciation.
3.2.1.Les voyellesen syllabe accentuée ou accentuable : La réponse à la question du choix du timbre fermé ou ouvert est donnée par la structure de la syllabe accentuée . * lorsque la syllabe est ouverte : - [o] quelle que soit la graphie. - [P] quelle que soit la graphie - [e] obligatoirement avec certaines graphies (é, er,ez...) , [e] ou [E] pour les autres graphies (è, ê, et, ai,ey...)

3

J. Clarenc...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • L'art a-t-il quelque chose à nous apprendre ?
  • Je veux apprendre
  • Quelque chose
  • Problème : une oeuvre d'art a-t-elle quelque chose à nous apprendre ?
  • Quelque chose
  • quelque chose
  • Quelque chose.
  • Quelque chose

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !