Montaigne

324 mots 2 pages
L'une des ambitions que l'on assigne au livre I des Essais de Montaigne, c’est d’aider son auteur à faire ses preuves dans le domaine de la diplomatie. En effet, Montaigne avait le projet de devenir ambassadeur en Italie. Il fut d'ailleurs un négociateur pendant les guerres de religion entre Henri III et Henri de Navarre. Ambassadeur, négociateur, des fonctions qui nécessitent un usage réfléchi de la parole. C'est sans doute pour cela que la réflexion sur la parole est si développée dans les Essais. En effet ce mot apparaît dans le titre de cinq chapitres de façon explicite, le chapitre cinq « Si le chef d'une place assiégée, doit sortir pour parlementer », le chapitre six « L'heure des parlements dangereuses », le chapitre 10 « Du parler trop ou tardif » et enfin du chapitre 51 « De la vanité des paroles ». De façon moins explicite la parole semble être le sujet du chapitre 9 « Des menteurs » et du chapitre 53 « D'un mot de César ». Le sujet qui nous est proposé aujourd'hui s'intitule « Les usages de la parole ». Tout d'abord l'utilisation du pluriel « les » usages nous met sur la piste d'une utilisation diverse et contradictoire, les usages, celui qu'en fait Montaigne mais aussi l'usage qu'en font d'autres personnes. D'autre part, le mot « parole » nous évoque la langue parlée par opposition à l'écrit ce qui constitue un premier paradoxe. En effet cela pose la question de l'oralité dans un livre. La parole est quelque chose qui apparaît dans plusieurs domaines, la rhétorique, la philosophie, la religion puisque l'on parle de « la bonne parole », de la parole divine, dans le domaine de l’art mais aussi dans le domaine des commerces humains et de la communication. De la même façon que la parole s'oppose à l'écrit elle s'oppose aussi à l'action qui elle est plus concrète. Problématique : comment Montaigne concilie-t-il une certaine méfiance envers la parole avec une aspiration à faire des Essais une oeuvre intégrant le plus possible l'oralité

en relation

  • Montaigne
    2116 mots | 9 pages
  • Montaigne
    1468 mots | 6 pages
  • Montaigne
    1539 mots | 7 pages
  • Montaigne
    1043 mots | 5 pages
  • Montaigne
    902 mots | 4 pages
  • Montaigne
    972 mots | 4 pages
  • Montaigne
    764 mots | 4 pages
  • Montaigne
    843 mots | 4 pages
  • Montaigne
    493 mots | 2 pages
  • Montaigne
    530 mots | 3 pages