Nanmaisalloquoi

Pages: 16 (3852 mots) Publié le: 18 mars 2013
Université de Marne la Vallée

Année 2004-2005





LICENCE DE CHIMIE PHYSIQUE











TRAVAUX PRATIQUES
L3: Méthodes d'analyse chimique

















R. Losno

Sommaire





Sommaire 2


TP N° 1: Dosages COLORIMETRIQUES. phosphates (PO43-, HPO42-, ...) 3

Réactifs utilisés: 3
Méthode d'étalonnage: 3
Dosage des phosphates 5Préparation du réactif combiné: 5
Références: 6
Principe du colorimètre: 6

TP N° 3: Analyse de métaux en absorption atomique 7

Présentation générale 7
La source de raies atomiques 8
Le dispositif d'atomisation 8
Le détecteur 9
L'enregistrement du signal 10
Émission atomique 10
Manipulation proposée: 10



Principes et organisation de ces travaux pratiques

Il nesera pas possible de rendre un travail satisfaisant sans une réelle préparation du sujet. Pour pouvoir rédiger un compte rendu correct, il sera nécessaire de prendre des notes le plus détaillé possible de toutes les étapes, difficultés et résultats de la journée. Il vous faut donc vous munir d'UN CAHIER servant à enregistrer l'ensemble des événements de ces trois journées.
Le compte rendu sera unrapport scientifique de 4 pages maximum, accompagné des graphiques commentés nécessaires. Il devra faire apparaître la manière dont le sujet à été compris, les difficultés rencontrés et les moyens employés pour les surmonter. Enfin, les résultats numériques seront rassemblés dans des tableaux et abondamment commentés et surtout argumentés. C'est de cette façon que vous apprendrez à communiquervos travaux scientifiques.


TP N° 1: Dosages COLORIMETRIQUES.
phosphates (PO43-, HPO42-, ...)

Le but de ce TP est de mesurer les teneurs en phosphore de différentes substances.


Dosage

On emploiera la méthode du complexe au molybdate d'ammonium décrite par Murphy et Riley (1962). Dans certaines conditions, la réaction du molybdate d'ammonium et des phosphates produit quantitativementun complexe bleu.

Le phosphore est un élément indispensable à la vie, en combinaison avec des protéines dans diverses bio-molécules, et particulièrement l'Adénosine-TriPhosphate (ATP) et Adénosine-DiPhosphate (ADT) qui stockent l'énergie dont ont besoin les cellules pour vivre. Il peut être aussi un poison violent sous forme de phosphines (l'équivalent des amines en remplaçant l'atome d'azotepar un atome de phosphore) ou d'autres organo-phosphorés utilisés comme pesticides ou malheureusement comme neurotoxiques pour la guerre chimique. Indispensable à la vie, il n'est pas toujours présent en quantités satisfaisantes pour l'agriculture et fait partie, sous forme de phosphates, de la composition des engrais. Il forme des sels très stables avec les métaux bivalents, donc particulièrementles alcalino-terreux. A l'état naturel, on le trouve dans divers minéraux sous la forme de phosphates, par exemple dans la fluoroapatite [3Ca3(PO4)2.CaF2]. Ce minéral est un constituant de l'émail dentaire et des os.

En chimie, on s'en sert sous la forme du pentachlorure PCl5 comme agent chlorurant de molécules organiques, ou de decaoxyde de tétraphosphore (P4O10) comme desséchant extrêmementefficace. Les polyphosphates obtenus par déshydratation intermoléculaire de l'acide phosphorique sont des agents chélatants en solution aqueuse. Ils sont très efficaces avec les alcalino-terreux et particulièrement le calcium Ca2+. On en a donc beaucoup mis dans les lessives, les anti-calcaire et les adoucissants de linge où ils ont montré leur efficacité. Malheureusement, le phosphore étant assezrare dans l'environnement, c'est souvent un facteur limitant dans la croissance des biotopes lacustres qui ont développé toutes sortes de procédés pour le conserver. Un apport massif de phosphate dilué dans les rejets domestiques va complètement désorienter ces écosystèmes et peut aboutir à leur destruction rapide par un large excès de croissance végétale qui va finir par consommer tout...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !