NeoClassiques

565 mots 3 pages
LA REVOLUTION MARGINALISTE:
LES NEO-CLASSIQUES
Les trois auteurs fondateurs du courant néo-classique sont le britannique Stanley Jevons
(1835-1882), le français Léon Walras (1834-1910) et l'autrichien Carl Manger (1840-1921).
L'analyse néo-classique marque une rupture avec les Classiques car elle ne cherche pas à élucider les problèmes d'accumulation du capital sur le long terme ou de croissance économique. L'objet essentiel des études devient l'affectation optimale des ressources.
Comment un consommateur donné qui dispose d'un budget fixé peut-il faire pour être dans la situation la meilleure possible? Comment un producteur, une entreprise doivent-ils réagir pour tirer le profit le plus élevé possible? La théorie classique du développement économique est remplacée par un raisonnement en terme d'équilibre général. Le concept économique fondamental est celui de rareté alors que les Classiques raisonnaient sur une hypothèse de reproductibilité. Les décisions rationnelles de l'individu sont au centre de l'analyse. Les NéoClassiques déterminent deux types de comportement: la production et la consommation.
L'individu économique est appréhendé à travers ses comportements économiques.
La rupture entre les Classiques et les Néo-Classiques s'expliquent par un changement d'objet d'analyse et de cadre temporel, mais aussi par trois points fondamentaux:
♠ Le capital est considéré comme un outil de production et non plus comme une avance d'argent opérée par les capitalistes.
♠ Le capital et le travail jouent des rôles symétriques dans l'analyse néo-classique alors que chez les Classiques le travail a une place fondamentale dans la définition et la constitution de la valeur.
♠ La société n'est pas constituée de classes qui s'affrontent. L'agent économique est un "homo oeconomicus" (être fictif) rationnel qui recherche à maximiser sa satisfaction (panier de consommation, profit). Le raisonnement est micro-économique: chaque agent compare le coût et le gain d'une unité

en relation

  • néoclassique
    461 mots | 2 pages
  • les néoclassiques
    1236 mots | 5 pages
  • Les néoclassiques
    1645 mots | 7 pages
  • les néoclassiques
    857 mots | 4 pages
  • Neoclassique
    11119 mots | 45 pages
  • Les néoclassique
    1399 mots | 6 pages
  • Les neoclassiques
    2329 mots | 10 pages
  • Les néoclassiques
    4337 mots | 18 pages
  • neoclassique
    1360 mots | 6 pages
  • Néoclassiques
    5827 mots | 24 pages