nonheure

Pages: 2 (269 mots) Publié le: 14 septembre 2014
En quel sens le bonheur et le devoir seraient-ils compatibles ?
• Aristote aussi bien que les Épicuriens ou les Stoïciens s'accordent sur ce point : seule une viejuste et droite peut nous faire accéder au bonheur véritable, c'est-à-dire durable.
• Pour les Épicuriens, si le plaisir est essentiel au bonheur, certains désirsamènent plus de troubles que de réjouissances : il faudra les écarter, et se contenter des désirs naturels et nécessaires, parce qu'ils sont source de plaisir etfaciles à satisfaire.
• Pour les Stoïciens, le bonheur ne saurait être durable s'il dépend des circonstances extérieures : je dois discipliner ma volonté pourapprendre à ne dépendre que de moi, parce que mon bonheur ne peut être laissé aux caprices de la fortune.
Exercice n°2
3. Les morales antiques parviennent-elles à définirle bonheur ?
• Selon Kant, nous sommes dans l'impossibilité de définir le bonheur par lui-même : on dit qu'il est l'état maximal de satisfaction ; mais commentsavoir si ma satisfaction est bien maximale ? Et comme le bonheur est un « idéal de l'imagination » que je ne peux définir, mon entendement est incapable de déterminerles moyens qu'il faudrait employer pour être effectivement heureux.
• Pour Kant, la raison nous dit comment éviter d'être à coup sûr malheureux, mais non commentêtre heureux ; aussi les conseils des différentes philosophies antiques sont-ils seulement négatifs. Mais éviter le malheur, ce n'est pas encore être heureux ; ils'agit alors plutôt de savoir si la recherche du bonheur doit être la suprême motivation de l'homme dans son existence.
Exercice n°3
4. L'obéissance au devoir peut
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !