Où réside l’humanité de l’homme : dans son âme ou dans son corps ?

Pages: 8 (1778 mots) Publié le: 3 octobre 2011
1. Spinoza et Hegel sont-ils d’accord pour dire que le désir définit l’homme ?

Désirer, ce n’est pas toujours l’expression d’un manque. Ainsi, pour Spinoza, désirer, c’est vouloir quelque chose parce que la vie nous intéresse. Ne rien vouloir au contraire, ne rien désirer, c’est la preuve que rien ne trouve grâce à nos yeux et que l’on est blasé. En ce sens, le fait d’être attiré parquelqu’un ou quelque chose et de vouloir attirer à soi un objet peut être un élan positif témoignant d’un réel lien avec la vie. Le désir n’est pas seulement porteur de vie (Spinoza), il est porteur d’absolu. Il n’est rien de moins qu’une affirmation de l’esprit. En effet, le désir me met sur la voie de l’humanité. C’est par lui que la conscience aboutit au sentiment d’elle-même et que l’homme sepose véritablement en tant qu’homme. Le désir est manque, certes, mais il est aussi production : production de soi-même comme être autonome.
Pour Hegel, l’homme accède à la conscience de soi par le désir, qui le pousse à l’action. L’être humain veut le désir pour lui-même; il désire le désir. Ainsi, l’être humain éprouve une insatisfaction permanente et tend donc à se dépenser. Le désirappelle donc l’homme à la vie. Bref, Spinoza dit que le désir est l’affirmation de la vie et Hegel dit que le désir est l’affirmation de l’esprit. Ces deux théories prouvent que le désir définit l’homme, mais chacune à sa façon.
2. Pensez-vous comme Descartes que notre corps soit un objet comme les autres ?

L'âme est pour Descartes une substance indépendante, et seuls les êtres pensants ont une âme.Il y a pour Descartes une grande différence entre l'âme et le corps : l'âme est une substance pensante, la matière est une substance étendue. En raison de cette distinction entre substance pensante et substance étendue, soit entre l'âme et le corps, on parle souvent d'un dualisme cartésien. En partant du cogito, Descartes fait de la conscience de soi un fait primitif. Par cette conscience, jepeux penser l'âme, en tant que substance pensante, d'une manière entièrement indépendante du corps. Nous pouvons avoir, dit-il, une connaissance claire et distincte de l'âme, indépendamment du corps: cela en fait donc une substance « réellement distincte ». Pour moi, le corps et l’âme sont indissociables jusqu’à la mort, l’âme va ailleurs, je ne sais pas où et le corps se décompose. On pourraitcroire que je pense réellement que le corps est un objet comme les autres, mais non. Autant je respecte mon âme, moi, puisque pour moi l’âme est la personne, autant je vais dire que le corps que j’ai n’est pas un objet comme les autres. Tant que je suis en vie mon corps et âme sont moi. Après ma mort, je ne sais pas, mais tout ceci n’empêche pas la science médicale de devoir parfois considérer le corpsà titre d’objet comme les autres : j’ai un grave accident et on maintiendra ma vie « végétative ». Je suis bien d’accord à considérer alors mon corps sous l’angle « un objet comme les autres », mais il ne se réduit pas à cela. Tout comme Descartes, je peux m’aventurer dans une approche de séparer l’âme du corps qu’après avoir considéré que je suis une personne qui « a ensemble un corps et unepensée ». Il ne faut pas abuser de la philosophie, ni du rationnel qui a une capacité limité.
3. Comment les sociétés créent-elles des individus, c’est-à-dire des êtres différents et autonomes ?

Se considérer comme étant un « individu » n'est pas une réalité qui s'est retrouvée à chaque époque ni dans chaque culture. L'idée d'être un individu inclut une vision de l'humain comme étant autonome etindépendant. Dans certaines cultures les gens se considèrent au contraire comme étant interdépendants et liés les uns aux autres. Par exemple, durant l'époque féodale en Europe, les gens se considéraient comme étant des « sujets » et non comme étant des individus. Aussi, ils s'exprimaient davantage à la première personne du pluriel (« nous ») qu'à la première personne de singulier (« je »). Plus...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Âme et corps
  • Corps et äme
  • corps ame et esprit
  • L'homme est il le fossoyeur de l'humanité
  • L'homme possède-t-il inéluctablement de l'humanité en lui?
  • L'homme est le fausoyeur de l'humanité
  • Dissertation : l’homme est-t-il le fossoyeur de l’humanité
  • L’homme est-il le fossoyeur de l’humanité ?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !