Passage de l'état de nature à l'état civile rousseau

Pages: 8 (1959 mots) Publié le: 25 avril 2010
Rousseau, Du Contrat Social : passage de l'état de nature à l'état civil

« Ce passage de l'état de nature à l'état civil produit dans l'homme un changement très remarquable, en substituant dans sa conduite la justice à l'instinct, et donnant à ses actions la moralité qui leur manquait auparavant. C'est alors seulement que la voix du devoir, succédant à l'impulsion physique et le droit àl'appétit, l'homme, qui jusque-là n'avait regardé que lui-même, se voit forcé d'agir sur d'autres principes, et de consulter sa raison avant d'écouter ses penchants. Quoiqu'il se prive dans cet état de plusieurs avantages qu'il tient de la nature, il en regagne de si grands, ses facultés s'exercent et se développent, ses idées s'étendent, ses sentiments s'ennoblissent, son âme toute entière s'élève àtel point, que si les abus de cette nouvelle condition ne le dégradaient souvent au-dessous de celle dont il est sorti, il devrait bénir sans cesse l'instant heureux qui l'en arracha pour jamais, et qui, d'un animal stupide et borné, fit un être intelligent et un homme. » (Rousseau, Du Contrat Social, Livre I, chap. VIII)

Le texte est tout entier consacré au passage de l’état de nature(c’est-à-dire le degré zéro de la civilisation) à l’état civilisé.

Le Plan :
– Ce que provoque ce passage
– Le bilan positif de ce passage

Dans la mesure où Rousseau reprend à son compte, à titre d’hypothèse, l’existence de ces deux états successifs (état de nature, état civil), il est tenu de produire pour son argumentation une description tout imaginaire de l’état de l’homme dans la nature.Tout imaginaire à double titre : d’une part parce que ce qui s’offre empiriquement à son regard ne saurait être que l’homme dans la société, l’état de nature étant totalement révolu : d’autre part, et plus fortement, parce que état de nature, tout supposé qu’il soit par rousseau, n’a jamais existé et n’est qu’un mythe.
Mais ce mythe a sa fonction. Elle est d’abord classification sous le signe del’avant (l’état de nature) et de l’après (l’état civil). Dans la conduite, l’avant, c’est l’instinct (dans l’état de nature l’homme n’est qu’un animal parmi d’autres). L’après, c’est la justice (qui implique de peser un pour et un contre selon des principes). Plus, dans la mesure où il s’agit expressément d’une « substitution », l’homme, dans l’état civil, n’agira plus jamais (dans ses « conduite») selon la poussée unique de l’instinct ; il aura désormais toujours la capacité de se référer aux principes qui commandent la justice (de se présenter la dualité es actions possibles et faire son choix).
Ce qui, au niveau des actions (dont l’ensemble forme la conduite), ajoute (pour le domaine de l’après, le texte indique « donne ») ce qui manquait (« auparavant »). Autrement dit lasubstitution de la justice à l’instinct ouvre un champ nouveau : celui de la moralité, qui permet à l’homme de juger (le domaine de l’avant n’est pas immoral, mais amoral, le domaine de l’après, qui est celui de la moralité, permet d’opposer moralité et immoralité) dans le sens d’exercer son jugement, son entendement pour décider de son action, agir en connaissance de cause selon un savoir. Mais aussi dansle sens d’apprécier la valeur de ces actions -selon des principes- ce qui relève de la moralité au sens actuel d’axiologie.
La classification se poursuit. Avant : l’impulsion physique (« impulsion dans le sens de pousser, ce qui désigne bien une force à laquelle on ne peut résister), l’appétit (au sens classique de désir, c’est-à-dire le mouvement qui porte à satisfaire in instinct). Après : lavoix du devoir (qui désigne non plus une poussée nécessaire, mais un appel, de l’ordre de l’injonction –tu dois- et non de l’impulsion avec laquelle on ne dialogue pas) qui nous fait entrer dans l’ordre de la parole, donc à la pensée d’un interlocuteur en nous – ce qui nous dédouble, évoque l’idée même de conscience.
Après également le droit. Droit qui s’oppose d’évidence à la force, et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Rousseau : de l'etat nature à l'etat civil.
  • De l’état de nature et du passage à l’état
  • Justification du passage de l'etat de nature à l'etat de société chez obbes, lock et rousseau
  • L'état de nature selon rousseau
  • L'homme à l'état de nature
  • Le passage des premières sociétés au pacte social et à l’état civil
  • La nature de l'etat
  • L'etat de nature

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !