Philo

1847 mots 8 pages
Angélique Moissonnier Terminale L1 Philosophie Explication de texte Nietzsche Le Gai savoir

Nietzsche philosophe et critique de la culture occidentale et de ses valeurs morales nous invite dans cet extrait de Le Gai savoir à réfléchir sur le thème du travail et de son influence sur notre conscience. Il parle ainsi de notre existence dans le travail, c'est à dire comment le vivons nous, quel est sa place dans notre société. Il démontre la part grandissante que le travail a prit, a grignoté au cours du temps. Dans son argumentation, il donne les nuances des effets du travail sur l'homme. En effet il parle des différentes classes sociales et conditions de vie. Il cite une hiérarchie sociale; « esclaves », « nobles » qui n'expriment pas et ne s'approprient pas de la même manière leur travail ou leur labeur. En avançant dans cet extrait Nietzsche donne une vision plus large de son idée, il s'intéresse au début à une certaine classe d'individu puis à une société entière. Il tente d'expliquer que les mœurs ont changé. La place du travail aurait non seulement évolué à en devenir glorifié il serait aussi devenu une vertu, une valeur. Le travail serait alors « assuré d'avoir la bonne conscience de son côté ». Comment Nietzsche à travers son argumentation présent-il l'évolution et l'influence du travail sur notre société et nos mœurs ? Sur quels faits s'appuie t-il ? Dans un premier temps Nietzsche nous plonge dans le contexte du travail à son époque. Il parle de faits qui lui sont contemporains et de sa vision actuelle du travail. D'après lui, les rapports au travail sont codifiés et réglementés. Ses fonctions en seraient réduites à gagner sa vie, satisfaire les besoins des consommateurs, des clients etc.. La concurrence, la productivité et les compétences seraient les conditions fondamentales requises. La qualité du produit ou du service et la rapidité sont primordiales pour la « chasse du gain », Nietzsche dit « la véritable vertu à présent, c'est d'exécuter quelque

en relation

  • Philo
    258 mots | 2 pages
  • Philo
    1075 mots | 5 pages
  • Philo
    689 mots | 3 pages
  • Philo
    286 mots | 2 pages
  • Philo
    1630 mots | 7 pages
  • Philo
    914 mots | 4 pages
  • Philo
    935 mots | 4 pages
  • Philo
    495 mots | 2 pages
  • Philo
    910 mots | 4 pages
  • Philo
    1836 mots | 8 pages