Philosopher, c'est secouer le joug de l'autorité

Pages: 4 (764 mots) Publié le: 5 mai 2011
[pic]

Introduction.

Les Lumières est un mouvement philosophique du XVIIIe siècle. De 1750 à 1789, c’est l’apogée du mouvement des Lumières : les progrès de l’alphabétisation et de la lecturepermettent le développement de ce qu’on a appelé un « espace public ». Les débats intellectuels et politiques dépassent le cercle restreint de l’administration et des élites, impliquant progressivementdes secteurs plus larges de la société. De plus, le progrès des techniques de diffusion de l’information amplifie ce processus. Les idées des Lumières se diffusent donc dans de nombreux endroits et dedifférentes manières.

A) La diffusion du savoir : l’Encyclopédie.

C’est dans cette ouvrage de 1751, que les philosophes des Lumières ont écrits toutes leurs idées diverses. Ainsi, il s’agit dumeilleur moyen de les diffuser. Les différents philosophes qui y ont participés sont Denis Diderot (photo), Jean le Rond d’Alembert (photo), Voltaire (photo), et bien d’autres. Ce livre très précieuxsert de point de départ à de nombreux débats qui se déroulent dans les salons, les bibliothèques, etc. C’est LE livre du XVIIIe siècle, celui qui a permis la diffusion des idées des Lumières danstoute l’Europe.

B) Les cafés et les salons.

1) Les cafés.

Ce sont d’abord les cafés, où on lit et on débat, comme le café Procope (photo) à Paris, qui sont le rendez-vous nocturne des jeunespoètes ou des critiques qui discutent des derniers succès de théâtre, de librairie ou parfois de philosophie pour les plus éclairés.

2) Les salons.

Mais ce sont surtout les salons mondains,caractérisés par une grande mixité intellectuelle, qui sont les lieux où l’ont peut s’exprimer et s’entretenir sur les sujets importants du moment. Le modèle est celui de l’hôtel de Madame de Lambert (photo),où se réunissent savants, artistes et philosophes. A leur apogée, on les appelle les « Etats Généraux de l’esprit humain ». On y remet en question des idées religieuses, scientifiques ou encore...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Philosopher c'est secouer le joug de l'autorité
  • Philosopher c'est secouer le joug de l'autorité
  • Philosopher, c'est secouer le joug de l'autorité
  • Philosopher, c'est secouer le joug de l'autorité
  • Philosopher, c'est secouer le joug de l'autorité
  • Philosopher, est-ce secouer le joug de l'autorité ?
  • Philosopher c'est secouer le joug de 'autoriter
  • philosopher c'est mourir à sois-même

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !