Psychologie transgénérationnelle-chapitre vii de l’ouvrage de didier dumas intitulé sans père et sans parole, hachette littérature, 1999, pp. 203-217.

Pages: 11 (2538 mots) Publié le: 2 mai 2010
« Il existe certaines fois en cas d’urgence des papas qui parlent avec les Anges »
Chapitre VII de l’ouvrage de Didier Dumas intitulé Sans père et sans parole, Hachette Littérature, 1999, pp. 203-217.

I. L’absence de dimension généalogique de l’inconscient dans la pensée de Freud

Freud a développé une conception de l’inconscient exclusivement individuelle. Selon Didier Dumas, il a rejetépour des raisons personnelles toute dimension généalogique de l’inconscient ; la seule instance qui pourrait y faire référence dans son œuvre est le surmoi . De ce fait, l’idée d’une transmission des défauts de structuration mentale des parents aux descendants (éventuellement sur plusieurs générations) n’est pas inclue dans la théorie freudienne.
« De ce fait, il a refusé de voir quel’incapacité des parents à parler de la sexualité et de la mort, tels qu’ils ont eu à les rencontrer et les vivre, pouvait perturber leurs enfants. Ce qui fait que la théorie freudienne ne considère pas que le silence des parents concernant leurs propres traumatismes puisse se transmettre à leurs enfants sous forme de fantôme. Pour lui, l’inconscient se constitue à partir des « vécus oubliés » de la petiteenfance, ce qui exclut que celui des parents et des autres figures tutélaires puisse jouer un rôle dans la constitution d’un inconscient posé, pour cette raison, comme individuel. »
Didier Dumas ainsi que d’autres auteurs proposent pour leur part une vision d’un inconscient non plus seulement individuel mais également généalogique ou transgénérationnelle, c'est-à-dire que les « vécus oubliés »peuvent aussi bien concerner l’histoire propre des patients que celle de leurs ascendants. Dans ce dernier cas, les souffrances des patients ne sont pas liées à leur passé mais plutôt à des non-dits, à une histoire familial traumatique. Un secret, un drame caché impliquant l’un ou l’autre de leurs proches parents vient les hanter et parasiter leur structure mentale

II. Le Fantôme et l’Ange

Cesdeux notions seront clarifiés au travers d’une étude de cas dans la partie trois. Nous nous efforçons dans cette partie de retranscrire les définitions que donne Didier Dumas.

A) Le Fantôme

Le Fantôme a une dimension négative.
« Le Fantôme est une entité mentale parasite. Le Fantôme ne désigne… pas le défunt, mais la structure énergétique et émotionnelle qui se constitue et se transmetdans la succession des générations, lorsqu’un travail de deuil n’a pas eu lieu ou a été insuffisant. »
« Le Fantôme est un représentant des ténèbres. Dans toute les cultures il représente quelqu’un ou quelque chose qui n’arrive pas à mourir ou à disparaître. De nombreuses histoires et légendes lui attribuent la responsabilité de la mort subite et sans raison apparentes des nouveau-nés, dont ilrapt les âmes pour pouvoir échapper à la solitude où croupit la sienne, ou s’en sustenter. »

B) L’Ange

L’Ange a une dimension positive
« L’Ange est… pour moi un concept indissociable de celui de fantôme, qui représente, résume ou conceptualise tous les phénomènes bizarres, étranges ou inexplicables qui, surgissant d’une façon inattendue dans le travail avec les enfants, m’ont permis d’ydépister un Fantôme… »
Dans l’Ange et le Fantôme, Didier Dumas donne l’exemple du frère d’un patient autiste qui à travers la description d’un de ses propres rêves a livré à Didier Dumas les clés de compréhension de la problématique transgénérationnelle de la famille (souvenirs traumatiques, deuils non-réalisés par les ascendants) ; en sommes du Fantôme familial.
A travers cet exemple, DidierDumas souligne avec force l’importance des phénomènes de contre-transfert, des rêves et autres signes. Ce sont des outils indispensables pour le psychanalyste confronté à un patient aux prises avec un phénomène de transmission transgénérationnelle.
« L’Ange est a contrario un messager du ciel, de la lumière et du Verbe. Il préside à l’incarnation de l’enfant ou veille sur sa gestation. Il est...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La femme au collier de velours, chapitre 1 alexandre dumas père
  • CHAPITRE VII
  • Alexandre dumas, père
  • Alexandre dumas père
  • Commentaire micromega chapitre vii
  • Micromégas chapitre vii
  • Chapitre vii : la formation des contrats
  • Evaluation du chapitre Pauline de Dumas

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !