Puis-je invoquer l’inconscient sans ruiner la morale ?

1181 mots 5 pages
« Puis-je invoquer l’inconscient sans ruiner la morale ? »
La morale désigne, par définition, l’ensemble des préceptes relatifs à la conduite de l’être humain, préceptes qui reposent sur les valeurs fondamentales du bien et du mal. Ainsi ce qui est considéré comme « bon » sera conforme à la morale, et ce qui est « mauvais » sera qualifié d’ « immoral ». La morale peut être inculquée par la société, ce sont « les mœurs », la convention sociale, ou propre à l’individu qui peut situer lui-même sa limite entre ce qu’il considère comme bon, c’est-à-dire ce qui a pour but l’épanouissement et le bonheur, ou mauvais. La morale est donc également la faculté de faire le choix entre ces deux valeurs, et le choix nécessite la conscience. A première vue, inconscience et morale semblent donc être deux notions incompatibles.
Pourtant, invoquer l’inconscient, cela peut-être aussi une manière de justifier une action dite « immorale » car sous l’emprise de notre inconscient, on ne se maîtrise pas totalement et on ne peut donc effectuer le choix entre le bien et le mal. Ce ne serait donc pas ruiner la morale mais plutôt y être soustrait.
Ainsi le sujet « puis-je invoquer l’inconscient sans ruiner la morale ? » semble poser la question de la responsabilité personnelle : quelle est la part de l’inconscient dans une décision immorale, l’inconscient l’excuse-t-elle ? Peut-on encore parler de morale si l’on utilise systématiquement l’inconscient comme justification de sa transgression ?
Dans une première partie, on verra que la morale semble anéantie quand vient la notion d’inconscient puisque la morale sous-entend le choix conscient et dans une seconde partie, on se demandera si, plutôt que de la ruiner, l’inconscient ne justifie pas le manque de morale, et si donc, alors, il n’en est pas totalement indépendant.

L’inconscient est le concept central des thèses freudiennes et donc, par la suite, de toute la psychanalyse. Il constituerait alors un domaine psychique autonome

en relation

  • invoquer l'inconscient sans ruiner le morale
    1590 mots | 7 pages
  • histoire-géographie
    660 mots | 3 pages
  • L’inconscient
    1109 mots | 5 pages
  • La conscience et l'inconscient
    1555 mots | 7 pages
  • Le désir d'apprendre
    1365 mots | 6 pages
  • Susana
    2158 mots | 9 pages
  • LRTICE Philosophie Dissertations 1
    24601 mots | 99 pages
  • LRTICE Philosophie Dissertations 1
    24601 mots | 99 pages
  • synthése philo terminale S
    7450 mots | 30 pages
  • Peut-on choirsir sa vérité ?
    7382 mots | 30 pages