radicalisation

Pages: 7 (1583 mots) Publié le: 16 juillet 2014
Les deux faces d’une même médaille
Radicalisation et autoexclusion
6 commentaires
jeudi 14 juin 2012, par Alain Garrigou
Au soir de chaque consultation électorale, les commentateurs patentés se livrent à l’exercice de l’analyse de scrutin et disent l’opinion. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les sondeurs ont pris, sur les plateaux de radio et de télévision, le rôle de premier interprètede l’opinion publique. Grâce à leur disponibilité — ils font la promotion de leur entreprise — et à leur affinité doxique avec la conception dominante du journalisme politique. Le soir et le lendemain du 10 juin, premier tour des élections législatives, les électeurs ont donc entendu parler doctement de ce qu’ils avaient voulu dire par leur vote. Ils ont aussi écouté des constats objectifs surles élections. Mais quels enseignements furent tirés du constat, massif, du record d’abstention encore une fois dépassé ?
La participation au premier tour des législatives n’a été que de 57,2 %. Encore est-ce plus accentué si l’on considère le déclin de l’inscription électorale. La succession des élections présidentielle et législatives depuis 2002 a été mise en cause, qui ne susciterait pas demobilisation forte pour un scrutin législatif redondant. Là encore, le record ne doit pas cacher la continuité. Depuis les années 1980, l’abstention électorale s’élève — sauf pour l’élection présidentielle. Les commentateurs ont livré leurs diagnostics habituels sur le fossé entre la classe politique et les citoyens, oubliant au passage qu’ils faisaient eux-mêmes partie de cette classe.
Comme depuisvingt ans, la lutte contre l’abstention a été évoquée avec des arguments moraux. On a donc suggéré un sain et viril sursaut civique. Et pourtant… certaines questions s’avèrent délicates. Les sondages le jour du vote établissent une corrélation très nette entre l’âge et la participation électorale, entre le niveau de revenu et la participation. Si nette que l’approximation des chiffres ne sauraitla brouiller. Si nette qu’elle se voit à l’œil nu pour qui a la curiosité de fréquenter les bureaux de vote en milieu social différencié, les têtes blanches des électeurs de quartiers aisés peuplant les bureaux de vote d’un côté, les jeunes électeurs rares dans les bureaux de vote populaires à l’inverse. Là encore, rien de nouveau ni de proprement français. Il ne faut simplement pas le dire tropfort. Il semble bien que le phénomène prend des proportions trop grandes pour le cacher si l’on en croit ses yeux et le sondage Sofres Logica (Le Monde, 12 juin) selon lequel la participation se serait élevée à 75 % des électeurs de plus de 60 ans, contre 34 % des électeurs de 18 à 24 ans. Au-delà de l’avantage structurel de la mobilisation différentielle en faveur de la droite, un pays gouvernépar les élus des riches et des vieux, cela commence à poser un grave problème non seulement parce que cette relation est massive, mais parce qu’elle s’aggrave. Au rythme où les jeunes citoyens se désintéressent du vote, on peut d’ores et déjà anticiper des élections sans électeurs. La surprise est ici la cécité devant le phénomène même [1] et l’impuissance à définir des réponses. Une cécité et uneimpuissance plus existentielles qu’intellectuelles : il est des faits et des solutions qu’on ne veut ni ne peut voir. En l’occurrence, l’appel au devoir civique rassure — l’abstentionnisme ne serait que provisoire — mais évite la question vitale : à quoi sert de voter ?
Le chômage accroît l’abstention
Après trois décennies de montée de l’abstention touchant chaque fois les nouveaux citoyens, iln’est plus possible de nier l’existence d’un mouvement long comme il n’est plus possible d’ignorer que les électeurs trouvent moins de raisons de voter. Des commentateurs réalistes font volontiers remarquer que l’impuissance à juguler le chômage ne pousse guère les électeurs à participer et surtout pas les jeunes qui sont les plus touchés. Le chômage accroît l’abstention à la fois comme...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La radicalisation de la révolution

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !