Rien

Pages: 19 (4578 mots) Publié le: 5 juin 2012
Jeux olympiques antiques
Les jeux olympiques (Ὀλυμπιακοὶ Ἀγώνες; Olympiakoi Agones) sont un concours sportif pentétérique (qui a lieu tous les quatre ans) organisé entre les cités grecques antiques en l'honneur de Zeus Olympien. Ils prennent place pour la première fois en 776 av. J.-C. et perdurent pendant plus de mille ans. On fixe traditionnellement les derniers jeux en 393 ap. J.-C., peuaprès l'édit de Théodose ordonnant l'abandon des lieux de cultes de la religion grecque.
Ils nous sont connus principalement par la Description de la Grèce de Pausanias, les vestiges du site archéologique d'Olympie et la peinture sur vases. Ces témoignages renvoient tous à des périodes différentes : Pausanias écrit au milieu du IIe siècle ap. J.-C., alors que le stade d'Olympie date au plus tard de350 av. J.-C. et que les vases représentant des épreuves athlétiques datent principalement de la fin du VIe siècle av. J.‑C. et du Ve siècle av. J.‑C. De plus, une partie de ces vases dépeignent en fait les épreuves des Panathénées athéniennes. L'interprétation de ces témoignages doit donc être menée avec précaution. Enfin, l'historien peut s'appuyer sur une reconstitution des jeux Néméens organiséele 1er juin 1996 par la Société pour la renaissance des jeux Néméens, qui a permis de tester en pratique différentes hypothèses.
Origine mythique
Les Grecs expliquent l'origine des jeux olympiques par deux mythes concurrents. Dans le premier, conté pour la première fois par Pindare1, les jeux sont fondés par le héros Pélops. Pélops demande la main d'Hippodamie, fille du roi Œnomaos. Celui-ci al'habitude d'organiser une course de chars l'opposant aux prétendants de sa fille ; les vaincus sont tués. Treize candidats ont déjà échoué quand Pélops fait sa demande. Le héros fait appel à Poséidon, son ancien éraste, qui lui confie un char en or et des coursiers ailés : Pélops remporte la victoire et la main de la jeune fille. Phérécyde2 précise qu'Hippodamie, éprise du jeune homme, faitsaboter le char de son père, qui se brise pendant la course et cause la mort d'Œnomaos. Pélops institue alors les Jeux olympiques pour expier ce crime, comme le rappelle l'oracle de Delphes dans l'une de ses déclarations3.
Dans le second mythe, également cité par l'oracle de Delphes4, Héraclès institue les jeux en l'honneur de Pélops. Phlégon, un affranchi d'Hadrien, réconcilie les deux oracles enfaisant de Pélops et d'Héraclès respectivement les deuxième et troisième fondateurs des Jeux olympiques, le premier ayant été un certain Pisos, éponyme de Pise en Élide, lieu où se déroulent les jeux5. La version la plus courante associe simplement les jeux olympiques à Pélops. L'apologiste chrétien Clément d'Alexandrie écrit ainsi au IIIe siècle ap. J.-C. que « ce sont les libations répandues enl'honneur de Pélops que s'approprie, sous le nom de jeux olympiques, le Zeus de Phidias »6.
Histoire
Les premiers jeux olympiques sont réputés avoir pris place en 776 av. J.-C. sur l'initiative d'Iphitos, roi d'Élide. Pausanias écrit ainsi : « Iphitos, descendant d'Oxylos, et contemporain de Lycurgue, qui donna des lois à Lacédémone, fit célébrer des jeux à Olympie, renouvela les fêtes olympiques,et la trêve dont l'usage avait cessé7. » Ce n'est qu'en 776 av. J.-C. que cette trêve religieuse voit l'introduction d'une épreuve sportive : une course à pied (le stadion), remportée par un certain Coroebos8, cuisinier de son état9.
La date de 776 av. J.-C. marque le début du calendrier olympique, selon lequel les années sont regroupées en olympiades. Ainsi, la victoire grecque de Salamine, en480 av. J.-C., a lieu pour les Grecs la première année de la 75e olympiade10. Les Éléens consignent à partir de cette date le nom des vainqueurs à toutes les épreuves dans des registres que Pausanias mentionne à plusieurs reprises11 et qui nous sont parvenus ; ils s'arrêtent en 277 ap. J.-C.12. Il existe des registres plus anciens et une liste établie par Hippias d'Élis et revue par Aristote,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Rien de rien
  • rien de rien
  • rien de rien
  • Rien
  • Rien
  • Rien
  • Rien
  • Rien

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !