Savoir et ignorance

357 mots 2 pages
C'est à juste titre que notre sujet s'intitule "savoir et ignorer", et non "savoir ou ignorer" tant il est vrai que pour les êtres humains, la problématique de l'ignorance n'est jamais distincte de celle du savoir. Ainsi il n'existe pas plus d'ignorance absolue, que de savoir absolu, du moins pour l'homme. Le savoir absolu ne saurait être que le fait d'un Dieu ; l'ignorance absolue, celui d'un animal. Dans le premier cas cela suppose un être dont les représentations sont équivalentes à la chose représentée (« Dieu dit "lumière" et la lumière fut [4]») dans le second cas le terme désigne l'absence totale de savoir et l'aliénation absolue des êtres à un monde qu'ils subissent sans comprendre. Savoir et ignorer, donc. L'histoire nous montre en effet que notre ignorance, tout comme notre savoir ne sont jamais que relatifs : si nous prenons l'exemple de la représentation que se font les humains des mouvements des corps célestes, nous constatons que le système copernicien a mis à mal celui de Ptolémée. Mais pour autant le géocentrisme constituait-il une ignorance absolue ? Tout est question de point de vue : le marin, ou le chasseur, ont plus d'intérêt à connaître le mouvement apparent du soleil que les mouvements réels de la terre ; peu leur importe finalement de la savoir en mouvement puisque ce qu'ils recherchent ce sont des repères spatiaux (ouest/est) ou temporels, plus qu'une connaissance de l'univers. D'autre part, la science moderne a fait l'épreuve des limites et de la relativité de ses acquis. En premier lieu, parce que les progrès des sciences nous font aussi découvrir que l'étendue de notre ignorance était plus grande que nous ne pouvions la supposer, et d'autre part, puisque toute théorie scientifique, pour ne pas dégénérer en dogme est par essence falsifiable, ce qui signifie qu'aucune loi de la physique ne peut être posée comme vérité définitive, mais est toujours, potentiellement, susceptible d'être remise en question.
Comme le dit G.

en relation

  • Savoir et ignorance
    1217 mots | 5 pages
  • Y a t il une bonne ignorance ?
    2961 mots | 12 pages
  • L'ignorance est elle un mal
    1287 mots | 6 pages
  • Philo savoir
    2132 mots | 9 pages
  • La simple ignorance, vaut-elle mieux que la double ?
    992 mots | 4 pages
  • L'ignorance et aristote
    2079 mots | 9 pages
  • Pascal Pensées
    2369 mots | 10 pages
  • Fdfds
    805 mots | 4 pages
  • Litterature
    1121 mots | 5 pages
  • L'ignorance est-elle un mal ?
    2729 mots | 11 pages