Société trinitaire

1578 mots 7 pages
Commentaire du texte « La société trinitaire » d'après Adalbèron dans le Carmen ad Robertum regem vers 1025.

Dés lors qu'il existe des classes sociales différentes, la hiérarchie au sein de la société est inévitable.

Le texte « la société trinitaire » est un extrait d'un poème dans Carmen ad Robertum regem écrit par Adalbèron vers 1025 adressé au roi Capétien Rober II le Pieux.
L'auteur de ce texte était évêque de Laon. Son lien à l'ancienne dynastie des Carolingiens et ses liens de famille avec les Capétiens, lui ont donné un statut particulier puissance.

Vers les années 1020, le pouvoir royal est affaiblit par la perte de l'autorité, mais aussi par le rétrécissement du territoire. En effet, le territoire est découpé par les seigneurs qui s'y installent en introduisant ses propres règles, indépendantes désormais du roi. A partir du maintenant, celui qui a la terre a le pouvoir. Et puisque « Nul terre sans seigneur », le pouvoir du roi est totalement rejeté. Le roi n'exerce son pouvoir uniquement sur son territoire qui, il faut préciser, est assez restreint. La vis sociale est désormais organisé de manière autoritaire, mais avec une certaine liberté en ayant pour son centre la seigneurie.

A cette époque s'effectue la mise en place de la société d'ordres qui sera alors composé de Oratores, Bellatores et Laboratores. Afin de mieux contrôler cette nouvelle société, il faut mieux l'organiser, de façon que ses fonctions soient tous dépendants les uns des autres. Cependant l'organisation acceptée au départ semble dériver en défaveur des tiers-état. Se crée donc une hiérarchie dans la société, mais aussi la hiérarchie ecclésiastique.

En rédigeant ce texte, Adalbèron rappel au roi l'importance de cette société de trois ordres en s'inspirant de « la cité de Dieu » de St. Augustin en opposant ainsi d'un coté la cité divine et de l'autre la cité terrestre. C'est ce qu'il appellera « la loi divine » et « la loi humaine », le

en relation

  • Histoire du droit
    1863 mots | 8 pages
  • Histoire du droit
    2342 mots | 10 pages
  • Inculturation en afrique
    4679 mots | 19 pages
  • l'absolutisme royal au XVIIIe siècle
    1329 mots | 6 pages
  • Puissance et stabilité.
    4224 mots | 17 pages
  • Dionisos et dionysios
    1836 mots | 8 pages
  • Musée de nivelles
    2756 mots | 12 pages
  • histoire du droit
    1829 mots | 8 pages
  • La citoyenneté active et passive durant la révolution française
    1760 mots | 8 pages
  • La croyance religieuse et la raison
    3540 mots | 15 pages